•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sept projets retenus au terme du premier budget participatif de Montréal

Quelque 20 000 citoyens se sont exprimés, se félicite l'administration Plante.

Une maquette du projet.

Le « Camp Éthel » sera aménagé au sommet du stationnement étagé qui porte le même nom, derrière la rue Wellington, dans l'arrondissement de Verdun.

Photo : ADHOC architectes

Le dernier étage du stationnement Éthel, dans Verdun, sera transformé en place publique; une serre « quatre saisons » sera construite dans Saint-Michel; et le quai du phare de Lachine sera réaménagé.

Ces trois projets figurent parmi ceux choisis par quelque 20 000 citoyens dans le cadre du premier budget participatif de la Ville de Montréal.

Les participants, qui se sont exprimés entre le 11 juin et le 11 juillet derniers, pouvaient choisir jusqu'à 5 projets parmi 35 visant à contribuer à la transition écologique et sociale.

Les lauréats seront annoncés jeudi matin. En tout, sept projets ont été retenus, selon la liste consultée par Radio-Canada.

Celui ayant reçu le plus de votes (42,7 % des participants) prévoit la création de sept mini-forêts protégées et aménagées dans des parcs locaux ou des espaces municipaux sous-utilisés dans les arrondissements de Montréal-Nord, Outremont, Pierrefonds-Roxboro, Rosemont–La Petite-Patrie et Verdun.

Des projets aux quatre coins de la ville

Une enveloppe de 10 millions de dollars avait été réservée pour financer les projets retenus par les Montréalais.

Les deux plus coûteux (2,7 millions de dollars chacun) prévoient la création d'un corridor écologique dans le grand Sud-Ouest, ainsi que l'ajout de 125 fontaines d'eau dans les arrondissements de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Outremont, Saint-Léonard et Ville-Marie.

Seul le septième et dernier projet retenu a vu son budget amputé afin de respecter l'enveloppe prévue de 10 millions de dollars. Le réaménagement du quai du phare de Lachine, évalué à 3 millions de dollars, n'obtiendra finalement que le tiers de cette somme. L'arrondissement de Lachine pourrait toutefois combler la différence, a fait savoir l'administration.

Une maquette du projet.

Le projet Quai34 ne prévoit pas la réfection du phare, sous responsabilité fédérale, mais plutôt le réaménagement et le verdissement du quai.

Photo : ADHOC architectes

Pour l'architecte derrière le projet, François Martineau, 1 million de dollars, c'est un excellent point de départ. Les élus de l'arrondissement sont très enthousiastes, dit-il, convaincu qu'il sera possible d'aller de l'avant même si le financement accordé par le budget participatif n'est pas encore à la hauteur de ce qu'il aurait espéré.

M. Martineau est aussi heureux pour son collègue Jean-François St-Onge, avec qui il a fondé la firme ADHOC. Car celui-ci a contribué à un autre projet gagnant : celui du « Jardin Éthel », qui prévoit l'aménagement d'une place publique au sommet du stationnement étagé qui se trouve derrière la rue Wellington, dans Verdun.

Depuis 2012, cet espace accueille ponctuellement des activités communautaires et culturelles. Mais la Société de développement commercial (SDC) Wellington aimerait l'occuper de manière beaucoup plus soutenue, six mois par année.

Le projet, qui prévoit entre autres la construction d'un escalier reliant la promenade au sommet, est estimé à 1,5 million de dollars. La moitié de cette somme sera comblée par l'allocation du budget participatif (755 000 dollars), mais d'autres partenaires financiers pourraient être impliqués, souligne le directeur général de la SDC, Billy Walsh.

C'est sûr que déjà, l'année prochaine, si on était capables d'avoir un escalier, des toilettes... Si ce n'est que juste mettre des tables à pique-nique, des balançoires, des parasoles et du wi-fi pour que les gens puissent travailler et se rencontrer, déjà, ce serait un gros avantage et un gros atout pour la destination, dit-il.

« L'idée, c'est de redonner 21 000 pieds carrés aux citoyens. Ce n'est pas négligeable. »

— Une citation de  Billy Walsh, DG de la SDC Wellington

La Ville procédera à la planification des projets retenus cet automne, mais il faudra attendre 2022 ou 2023 pour les voir se réaliser, a fait savoir en entrevue la mairesse d'Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, qui porte le dossier au comité exécutif. L'exercice sera renouvelé en 2023 si Projet Montréal est réélu, dit-elle.

L'expérience, cela dit, a été complexe à mettre en œuvre, admet Mme Thuillier. Par exemple, pas moins de 300 employés de la Ville ont participé aux différentes étapes du processus, indique-t-on dans une fiche technique consultée par Radio-Canada.

Le coût administratif de ce premier budget participatif n'a pas été établi, affirme Mme Thuillier. Mais les 10 millions de dollars consacrés à l'exercice serviront uniquement à financer les projets retenus, assure-t-elle.

Ceux-ci sont d'autant plus importants que, comme citoyens et citoyennes, on n'a presque jamais l'occasion de proposer des choses, souligne Mme Thuillier. Or, le budget participatif est un outil d'engagement qui crée du lien social, fait-elle valoir. Et pour nous, c'est ça, une ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !