•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services de base : la priorité des électeurs dans le nord de la Saskatchewan

Deux hommes marchent sur le trottoir avec des véhicules en fond d'écran.

Doug Cuthand estime que les enjeux les plus importants des électeurs du nord de la Saskatchewan sont les services de base, comme l'accès au logement.

Photo : Radio-Canada / Trevor Bothorel

Les services de base demeurent les priorités des communautés autochtones dans le nord de la Saskatchewan durant la campagne pour les élections fédérales, estime Doug Cuthand, un spécialiste des affaires autochtones de Saskatoon.

Ces questions préoccupent fortement les communautés qui, récemment encore, faisaient face à la crise provoquée par la découverte des tombes non marquées près d’anciens pensionnats pour Autochtones en Colombie-Britannique et en Saskatchewan. Une situation qui a notamment mené à l’annulation de la fête du Canada dans plusieurs communautés.

Les défis journaliers comme l’accès au logement, la santé et la sécurité ainsi que l’emploi sont les enjeux les plus importants pour les résidents du nord de la Saskatchewan, explique Doug Cuthand.

Il précise que la santé et la sécurité touchent notamment l’accès à l’eau potable ainsi qu’un bon service de police.

J’y vois un réel mouvement revendicateur vers de meilleures conditions de vie, et l’accès à l’eau potable fait seulement partie de ces besoins, ajoute-t-il.

Doug Cuthand porte un chandail rouge.

Le spécialiste des affaires autochtones Doug Cuthand ajoute que le changement climatique est une autre question qui tient à cœur aux communautés autochtones dans le nord de la province.

Photo : Fournie par Doug Cuthand

Cela dit, l’accès au logement et la pauvreté sont toujours des problèmes qui affligent particulièrement les nombreuses communautés autochtones qui peuplent cette région immense.

Pour repérer la circonscription Desnethé-Missinippi-Rivière Churchill de la Saskatchewan ce n’est pas difficile. Il suffit de tracer une ligne (presque droite) au centre de la province, juste au-dessus de Saskatoon. Cette circonscription englobe tout l’espace au nord de cette ligne.

Le chef de la Nation crie d’Onion Lake, Henry Lewis, affirme que sa communauté fait face au défi du surpeuplement en raison du manque de logements.

Nous avons une liste d’attente d'environ 500 personnes qui cherchent des logements.

Une citation de :Henry Lewis, chef de la Nation crie d'Onion Lake

Le chef de la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN), Bobby Cameron, ajoute que la crise du logement est une des priorités de son organisme dans le cadre de cette campagne électorale.

Nous devons en faire plus dès maintenant en ce qui a trait aux logements afin de pouvoir en bénéficier immédiatement.

La grande inquiétude : la COVID-19

Doug Cuthand affirme que la pandémie de la COVID-19 pourrait cependant jouer un rôle dans le taux de participation des communautés dans le nord de la Saskatchewan, dont les membres sont habitués à se présenter en personne aux bureaux de vote.

Dans le nord, les gens vivent dans de petits villages, explique le spécialiste. Il est donc facile de se rendre au bureau de scrutin pour voter.

Si le nombre de cas continue de grimper, les gens ne se sentiront pas rassurés d’aller voter. Beaucoup de ces gens n’ont pas accès au vote par la poste, alors je crois qu’une hausse de cas pourrait avoir des répercussions sur eux.

Une citation de :Doug Cuthand, spécialiste des affaires autochtones

La mairesse de La Loche, Georgina Jolibois, penche aussi dans ce sens.

Elle affirme qu’en ce moment la plus grande préoccupation de ses concitoyens est la COVID-19. Elle se souvient d’ailleurs de la façon dont s’est manifestée cette inquiétude lors des élections municipales, il y a un an.

Nous avions eu un faible taux de participation, car nous avions des cas de COVID-19 au sein de la communauté. Il est donc difficile de dire combien de personnes se rendront aux urnes cette année.

En plus, les enfants retournent à l’école. Alors la question des élections fédérales n’a pas vraiment été soulevée ici, ajoute-t-elle.

Ron Woytowich porte des lunettes, une chemise rouge à motifs. Derrière lui, le décor est rouge vif.

« La COVID-19 continue de se répandre au sein de notre communauté », dit le directeur général du Centre d'amitié Kikinahk, Ron Woytowich.

Photo : Olivia Stefanovich / CBC

Le directeur général du Centre d’amitié Kikinahk, à La Ronge, Ron Woytowich, affirme lui aussi ressentir de l’inquiétude parce que la COVID-19 continue de circuler au sein du village.

Nous faisons très attention, mais il y a quand même beaucoup de gens qui ne portent pas de masque, ce qui effraie ceux d’entre nous qui le portent, raconte celui qui a autrefois aussi été maire du village.

Ron Woytowich ajoute qu’une bonne partie du local du Centre a été loué par Élections Canada pour servir de bureau de scrutin.

Nous vivons un moment effrayant. Nous espérons donc que bien des gens se présenteront au bureau du scrutin pour voter par anticipation et ainsi éviter une grande ruée le 20 septembre, ajoute-t-il.

En date du 1er septembre, le gouvernement de la Saskatchewan dénombre 1120 cas actifs dans tout le nord de la province, soit quatre fois plus le nombre de cas enregistré le 2 août dernier.

Un changement de garde à l'horizon?

Depuis 1997, la circonscription Desnethé-Missinippi-Rivière Churchill a été représentée par des membres des trois principaux partis.

Doug Cuthand rappelle qu’il en est ainsi, car les électeurs ne votent pas en général pour le parti, mais plutôt pour le candidat en question. Ainsi, croit-il, le député conservateur sortant, Gary Vidal, n’a remporté le siège en 2019 qu’en raison de la division du vote.

Lors de la dernière élection, tant le NPD que les libéraux avaient de bons candidats. Ils se sont alors partagé le vote, et les conservateurs l’ont remporté par la suite.

Une citation de :Doug Cuthand, spécialiste des affaires autochtones de la Saskatchewan
Buckley Belanger en point de presse.

Buckley Belanger a démissionné de son poste en tant que député provincial pour la circonscription d'Athabasca le 10 août dernier afin de briguer l'investiture libérale de la circonscription Desnethé-Missinippi-Rivière Churchill.

Photo : Matthew Howard/CBC

Le spécialiste estime que la réputation du nouveau candidat libéral pour cette circonscription, Buckley Belanger, pourrait bien faire changer la couleur de cette grande région de la province.

Le candidat, qui est Métis, a vécu dans le nord toute sa vie et a notamment été maire de l’Île-à-la-Crosse, affirme Doug Cuthand.

Ensuite, de 1995 jusqu’à sa démission, en août 2021, Buckley Belanger a représenté la circonscription provinciale d'Athabasca en tant que député néo-démocrate.

Il a un nom et une réputation qui traversent tout le nord de la province, alors ça pourrait bien lui être utile [lors de ces élections].

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !