•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal double son budget de prévention de la violence chez les jeunes

Une arme à feu et des douilles.

La prolifération des armes à feu et la multiplication des fusillades impliquant des membres de gangs rivaux sont devenues des enjeux majeurs pour les autorités municipales.

Photo : getty images/istockphoto / JJ Gouin

Aux prises avec une hausse importante de la violence et la prolifération des armes à feu dans les rues, l’administration municipale annonce qu’elle doublera l’an prochain le budget pour la prévention de la violence chez les jeunes. Une annonce qui arrive bien tard, déplore l'opposition.

Après avoir mis sur pied l’escouade ELTA en février dernier pour lutter contre le trafic d’armes qui prolifère dans la métropole et annoncé dimanche dernier l’octroi de 42 nouvelles ressources pour renforcer le travail de l’escouade dédiée à la lutte contre les groupes criminalisés, Valérie Plante a expliqué que la lutte contre ce type de criminalité nécessite une action concertée et globale. C’est-à-dire qu’on ne doit pas uniquement s’attaquer aux effets de la violence, mais tenter de la prévenir à la source.

C’est pourquoi nous annonçons aujourd’hui que nous bonifions le budget en développement social de la Ville pour la prévention auprès des jeunes et la sécurité urbaine, a annoncé la mairesse. Dès 2022, le budget passera à 5 millions de dollars pour soutenir nos jeunes et assurer la sécurité dans nos milieux de vie.

Valérie Plante s'adresse aux journalistes.

L'administration Plante doublera dès 2022 le financement de son programme de lutte contre la violence chez les jeunes.

Photo : Radio-Canada

« Notre administration croit profondément que la lutte contre le crime organisé et la prévention de la criminalité doivent marcher main dans la main. Que l’une ne va pas sans l’autre. »

— Une citation de  Valérie Plante, mairesse de Montréal

Le budget dévolu à la prévention auprès des jeunes qui est actuellement de 2,4 millions de dollars sera donc doublé à compter de l’an prochain.

Cet argent ira essentiellement à des projets ou des organismes communautaires déjà actifs sur le terrain auprès des jeunes.

Concrètement, ces sommes vont permettre l’embauche de plus d’intervenants jeunesse, de travailleurs de rues, de médiateurs, mais aussi pour développer des projets pour sortir les jeunes de la criminalité, a précisé la mairesse Plante.

Ces sommes serviront aussi à des actions pour favoriser plus globalement la sécurité urbaine dans les quartiers et les milieux de vie, a-t-elle ajouté. Je pense à des activités de porte-à-porte auprès des familles et des aînés, de la prévention dans les écoles, des activités citoyennes dans les endroits publics pour renforcer le sentiment d’appartenance et de sécurité.

« Les organismes communautaires sont incontournables dans la lutte contre la violence et la prévention. Ils connaissent les besoins de la population qu’ils desservent et interviennent directement auprès des jeunes. »

— Une citation de  Valérie Plante, mairesse de Montréal

Trop peu trop tard, selon l'opposition

Sur les bancs de l’opposition, on estime que cette annonce qui repose sur la prévention chez les jeunes arrive bien tard alors que l’été a été marqué par une hausse fulgurante des actes de violence à Montréal.

Les incidents impliquant des tirs d’armes feu dans les rues ou les espaces publics sont en effet devenus presque quotidiens à Montréal, mais aussi dans les banlieues à la faveur de guerres de territoire que se livrent des organisations criminelles, notamment des gangs de rue.

« L’objectif de la prévention, c’est d’agir avant et non une fois que le mal est fait. »

— Une citation de  Abdelhaq Sari, porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique

Il est absurde que les sommes ne soient versées qu’en 2022, considérant l’urgence de la situation, font également remarquer Abdelhaq Sari, porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique, et Benoit Langevin, porte-parole en matière de jeunesse et d'itinérance.

Nous avions talonné l’administration Plante, au printemps dernier, pour qu’elle augmente le financement des organismes sur le terrain afin de prévenir exactement ce que l'on vit actuellement. Projet Montréal a versé moins de la moitié des 3 millions de dollars que nous avions proposés, soulignent les deux porte-parole d’Ensemble Montréal qui accusent l’administration Plante de toujours avoir un coup de retard en matière de sécurité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !