•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des marcheuses attaquées par cinq danois dans Val-des-Sources

Une affiche indique "Warning, area patrolled by great dane security Co, avec une photo d'un Danois.

Les cinq danois servaient de chiens de garde.

Photo : Radio-Canada / Alexis Tremblay

Radio-Canada

Deux femmes ont été mordues par deux chiens, mardi, à Val-des-Sources, alors qu'elles marchaient sur la piste cyclable qui mène au secteur Saint-Barnabé. Elles dénoncent maintenant le climat de peur qui s'était déjà installé dans leur quartier.

Les femmes ont été mordues sur les jambes et les bras. Elles ont été transportées à l'hôpital et ont pu regagner leur domicile peu de temps après.

Jacqueline Sévigny montre son bras blessé.

Jacqueline Sévigny a été violemment mordue au bras.

Photo : Radio-Canada / Alexis Tremblay

Micheline Beaulieu, l'une d'entre elles, est encore ébranlée par l'incident. J’ai entendu juste siffler qu’il [le propriétaire] appelait ses chiens. Je me suis revirée, et ils s'en venaient sur nous autres déjà, se souvient-elle. Elle a l'habitude de marcher dans le secteur avec ses amies Françoise Dubuc et Jacqueline Sévigny. Cette dernière a aussi été mordue.

Deux des trois femmes portent des pansements sur leur bras.

Jacqueline Sévigny, Micheline Beaulieu et Françoise Dubuc marchaient sur la piste cyclable lorsque les deux premières ont été attaquées par les chiens.

Photo : Radio-Canada / Alexis Tremblay

« J’ai dit "où est-ce qu’il est, le propriétaire? On meurt là." »

— Une citation de  Jacqueline Sévigny, résidente de Val-des-Sources

Le matin de l’incident, le propriétaire des chiens aurait laissé la grille de son entreprise ouverte pour permettre à ses employés d’entrer. Ses cinq danois, qui servent de chiens de garde, en auraient profité pour sortir.

Ce sont des chiens de garde. Si tu dis aux chiens "arrête” au moment présent et que les chiens n’arrêtent pas, c’est que tu n’as pas de contrôle dessus, déplore Micheline Beaulieu.

Des craintes exprimées en mai

Au mois de mai dernier, le maire de la Ville Hugues Grimard a visité l'entreprise pour donner suite à des plaintes citoyennes concernant les cinq chiens. Des résidents ne se sentaient en effet pas en sécurité, puisque ces animaux pouvaient avoir accès au sentier. Le propriétaire avait alors convenu d'installer des clôtures et de garder les chiens à l'intérieur en tout temps.

Anne-Marie Lemay, une résidente croisée dans le secteur et interrogée par Radio-Canada, dit craindre la présence de ces bêtes depuis longtemps. Elle se promène toujours avec ce qu’il faut pour se protéger en cas de besoin, dont un bâton télescopique.

Hugues Grimard ajoute qu'une plainte concernant les animaux avait été déposée à la Ville la veille de l'incident.

Nous avons été mis au courant de la situation. La SPA d’Arthabaska, la Sûreté du Québec et le service d’inspection de la Ville ont été mis à contribution pour sécuriser le secteur. On veut s’assurer que ça ne se reproduise pas. Nous regardons comment sécuriser l’ensemble du sentier, explique le maire.

Selon la Municipalité de Val-des-Sources, les cinq chiens ont été saisis à la suite de cette affaire. Même si la Loi sur les chiens dangereux prévoit l'euthanasie en cas de morsures graves, elle prévoit aussi une période d'observation de 10 jours à la suite d'un incident. Un vétérinaire doit également mener une analyse comportementale.

Le propriétaire des cinq danois, quant à lui, reconnaît que ses chiens ont agi de manière inacceptable. Il refuse pour l’instant de commenter publiquement la situation, et attend la conclusion de l’analyse comportementale.

Une attaque qui ravive de douloureux souvenirs

L’attaque ravive de mauvais souvenirs pour Dominique Alain, qui a été victime d’une attaque de chiens très médiatisée il y avait quelques années à Potton. En entrevue avec Radio-Canada, elle a dit croire que les municipalités devraient être plus proactives dans ce genre de dossiers.

Une des blessures subies par les chiens.

Dominique Alain garde de graves séquelles de l'attaque dont elle a été victime à Potton en 2019.

Photo : Radio-Canada / Denis Gervais

En ayant eu des plaintes avant comme ça, que des chiens créent une terreur, ces chiens auraient dû être évalués. La municipalité aurait dû demander une évaluation du comportement de ces chiens-là, et prendre une décision, martèle-t-elle. 

« Il faut attendre qu’il y ait des victimes avant d’agir? Ce n’est pas ce que la loi dit, et la loi est très claire.  »

— Une citation de  Dominique Alain, victime d'une attaque de chiens à Potton en 2019

[Les conseils municipaux] doivent comprendre que leur priorité est la prévention et la protection de leurs citoyens. Quand il y a une plainte, ils ne doivent pas attendre qu’un incident arrive, conclut-elle.

Que peut-on faire pour prévenir les morsures?

Difficile de réagir promptement lorsqu'un chien attaque de façon inattendue, souligne Isabelle Arguin, technicienne en santé animale, surtout que cela donne peu de temps pour réfléchir à la meilleure manière de s'en sortir.

Ce n'est pas évident, admet-elle. Dans ce cas-ci, les gens qui marchaient ont "provoqué" le chien dans la défense de son terrain. C'était une provocation qui était non volontaire, alors la prévention était difficile. Ils marchaient dans la rue, dans un endroit qui n'était pas privé.

Crier peut avoir un effet pervers : s'il permet d'alerter un voisin, il peut également provoquer davantage l'animal. Elle rappelle toutefois qu'à moins de pouvoir se réfugier rapidement en lieu sûr, il est préférable d'éviter de se sauver en courant, car à moins de courir plus vite que le chien, on va stimuler le chien et lorsqu'il va nous attraper, la situation peut-être pire parce qu'il va avoir été stimulé.

« Quand ça arrive, on veut protéger notre visage, ne pas accentuer la rage que le chien peut avoir. On veut essayer d'éviter de crier, et on se met en boule pour protéger nos membres. »

— Une citation de  Isabelle Arquin, technicienne en santé animale

Avec les informations d'Alexis Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !