•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un thon de 320 kg vendu pour une bonne cause

Plusieurs restaurateurs et employés du Marché de poisson de Sherbrooke découpent le thon de 320 kg.

Un thon de 320 kg sera vendu dans plusieurs restaurants de Sherbrooke, et les profits seront remis à la Fondation Justin-Lefebvre.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Radio-Canada

Un thon de 320 kg, pêché en Gaspésie, est arrivé à Sherbrooke mardi après-midi. Il sera partagé entre des restaurateurs, et les profits seront remis à la Fondation Justin-Lefebvre, qui amasse des fonds pour soutenir la cause des dons d'organes.

Le Marché de poisson de Sherbrooke a déboursé 9200 $ pour acheter le thon. Il s’agit du plus gros poisson que Francis Gauvin, le copropriétaire de l'entreprise, a vu de sa carrière.

Ce n’est pas rien, un poisson de cette grosseur-là, tu ne vois pas ça tous les jours.

Une citation de :Francis Gauvin, copropriétaire du Marché de poisson de Sherbrooke

Le projet a été piloté par Tommy Ducharme, du Smoky Tom BBQ, et dix restaurateurs ont tenu à y participer. Le Marché de poisson vendra aussi des morceaux du thon à sa clientèle.

Notre rôle, c'était de recevoir le poisson, de le mettre en morceaux, de le distribuer dans les restaurants et de le vendre ici à la poissonnerie, explique Francis Gauvin.

On espère avoir entre 2000 et 4000 $ de profits pour donner à la Fondation, ajoute-t-il.

On pense qu'il va y avoir beaucoup d'engouement. Le téléphone sonne déjà!

Une citation de :Francis Gauvin, copropriétaire du Marché de poisson de Sherbrooke

Une longue attente

Pour pêcher au Québec, il est obligatoire de posséder un permis valide.

En Gaspésie, les pêcheurs avaient longuement attendu ce permis avant de l'obtenir. La pêche au thon est en effet très encadrée pour assurer la préservation de l'espèce, ce qui rend une telle pièce encore plus rare et spéciale.

C'est comme le trip ultime de désosser un thon de 700 livres, s’exclame Daniel Charbonneau, le chef propriétaire du restaurant l'Empreinte, qui s’est associé au projet.

On prévoit que tout le monde va pouvoir en manger cette semaine. On va le faire en tartare, puisqu’il est ultrafrais, on va en profiter, conclut-il.

Avec les informations d'Alexis Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !