•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les optométristes ontariens prêts à interrompre les services couverts par la province

Un optométriste examine l'oeil d'une jeune femme avec l'aide d'un appareil spécialisé.

Le gouvernement ontarien a offert 39 millions $ aux optométristes pour tenir compte de l'augmentation du coût des services. Cette offre n'a pas convaincu l'association qui les représente. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Les optométristes de l'Ontario sont sur le point d'arrêter de fournir les services couverts par l'assurance maladie provinciale à compter de demain à la suite d'une rupture des pourparlers avec le gouvernement.

L'Association des optométristes de l'Ontario se dit consciente des inconvénients pour les patients, mais soutient que le gouvernement ne lui a laissé aucun autre choix.

Le régime provincial d'assurance maladie couvre les examens de la vue annuels pour les jeunes de 19 ans et moins, les personnes âgées de 65 ans et plus, et les personnes ayant des problèmes de santé particuliers.

Le groupe d'optométristes a fait valoir que ses membres sont sous-financés pour les services et absorbent environ 45 % des coûts des examens de la vue.

Il indique que la date limite de retrait des services peut être déplacée si le ministère de la Santé accepte d'augmenter le taux de remboursement, et affirme qu'il est engagé à minimiser tout risque pour la santé et la vision des patients.

Le 17 août, la province a offert un versement de 39 millions de dollars aux optométristes pour tenir compte rétroactivement de l'augmentation des coûts des services.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a déclaré sur Twitter que l'association professionnelle avait dit non à la poursuite de la médiation au cours du week-end.

Il y a un plan juste et raisonnable sur la table. J'exhorte l'Association des optométristes de l'Ontario à s'engager à travailler avec nous pour parvenir à un accord, a écrit Mme Elliott.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !