•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une surveillance accrue promise à la suite des feux de boucanières à Beaubassin-Est

Une zone incendiée de l'entreprise M&M Cormier à Petit-Cap délimitée par un ruban jaune.

La boucanière de l'entreprise M&M Cormier, à Petit-Cap, a été complètement détruite à la suite de l'incendie qui s'est déclenché à l'aube, le 28 août 2021.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Radio-Canada

Les incendies en série dans des boucanières de Petit-Cap, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, inquiètent depuis plusieurs semaines la communauté et les élus. Alors que l’enquête est toujours en cours, la GRC assure qu’elle augmentera la surveillance dans les municipalités de Beaubassin-Est et Cap-Pelé au cours des prochains jours.

Le député libéral de Shediac-Beaubassin-Cap-Pelé, Jacques LeBlanc, a pris part à une rencontre entre des élus et la GRC mardi matin.

J’ai beaucoup apprécié des deux maires qu’ils ont demandé une surveillance accrue, et que la GRC a répondu favorablement, se réjouit-il.

Un portrait photo de Jacques LeBlanc.

Le député libéral de Shediac-Beaubassin-Cap-Pelé, Jacques LeBlanc, se veut rassurant auprès de la population et des commerçants de la région.

Photo : Radio-Canada

Deux chefs pompiers et les directeurs généraux des municipalités de Beaubassin-Est et de Cap-Pelé étaient également présents lors de la rencontre.

Ce renforcement est attendu aussi tôt que cette fin de semaine, selon la mairesse de la communauté rurale de Beaubassin-Est, Louise Landry.

Elle souhaite rassurer la population de sa région et soutient que l’enquête est une priorité pour la GRC. On a une équipe à temps plein pour enquêter sur les feux suspicieux, dit-elle.

Une boucanière.

Une boucanière préservée à Petit-Cap.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Les détails de l’enquête n’ont pas encore été dévoilés.

Je n’ai pas le privilège de donner tous les détails, affirme Jacques LeBlanc. Même son de cloche du côté de la mairesse.

Louis Landry confirme toutefois que les quatre boucanières qui ont pris feu dans les trois dernières semaines étaient inactives au moment de l’incendie. Durant les feux, la pêche n’avait pas commencé, alors il n’y avait pas de poissons dans les boucanières, appuie-t-elle.

Louise Landry interviewée.

La mairesse Louise Landry souhaite rassurer la population, affirmant qu'une surveillance accrue sera déployée dans la communauté rurale de Beaubassin-Est d'ici la fin de la semaine.

Photo : Radio-Canada

Répondre aux craintes des commerçants

La Chambre de commerce de Beaubassin-Est et Cap-Pelé a demandé mardi matin aux autorités locales ainsi qu'aux maires et aux élus des deux municipalités de se rencontrer. Par voie de communiqué, elle a fait part de l'anxiété généralisée ressentie dans le milieu des affaires et de son désir de lutter contre les incendies suspects des événements récents.

La mairie de Beaubassin-Est a répondu à l'appel, d'après les renseignements obtenus. La Chambre de commerce devrait donc s'entretenir avec les partenaires communautaires et municipaux mercredi à 15 h en vue de déterminer des mesures concrètes qui atténueront l’inquiétude des entrepreneurs locaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !