•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de jouets à prévoir à Noël en raison de retards dans le transport maritime

Des étalages remplis dans un magasin de jouets.

Les détaillants de jouets craignent le manque d'approvisionnement en raison des retards dans le transport maritime.

Photo : Radio-Canada / Romy Boutin-St-Pierre

Radio-Canada

Les commerçants de jouets craignent de ne pas pouvoir réapprovisionner leurs étalages à temps pour la période des Fêtes, en raison de retards importants dans le transport par bateau. La raison principale de ce retard est liée au manque de conteneurs pour acheminer ces marchandises.

Si l’an dernier les gens avaient fait leurs emplettes de Noël plus tôt dans l’année, c’est qu’on craignait la fermeture des commerces en raison des mesures sanitaires du gouvernement du Québec. Cette année, les magasins devraient être ouverts, mais les étalages ne seront peut-être pas aussi garnis qu’à l’habitude, en raison des retards de livraison du secteur maritime.

L’été n’est pas encore terminé que certains commerçants de jouets s'inquiètent déjà pour le temps des Fêtes. Ils savent que la problématique d’approvisionnement sera bien réelle. Leurs fournisseurs ne sont pas en mesure d’envoyer la totalité de ce qu’ils ont commandé à temps pour Noël. Les retards sont plus importants notamment pour les marchandises en provenance d'Asie où le ralentissement dans les ports est plus marqué.

C’est donc dire que les consommateurs devront s’y prendre d’avance cette année pour les jouets faits de plastique, notamment les poupées et les très prisés ensembles Lego.

Éric Leclerc, propriétaire du commerce L’Entre-Jeux à Trois-Rivières, s’attend à voir ses commandes de Lego amputées de 40 %. Il estime que lors des prochaines livraisons, plusieurs articles seront déjà en rupture de stock.

On recommande aux gens, s’ils veulent un modèle en particulier, de ne pas attendre à la dernière minute. Et la dernière minute cette année, ça ne sera pas le 15 décembre!

Une citation de :Éric Leclerc, propriétaire du commerce L’Entre-Jeux

Manque de conteneurs

Ce n’est pas la première fois qu'on appréhende une pénurie de marchandises depuis le début de la pandémie de COVID-19. En 2020, la source du problème était davantage liée à la production des jouets en Chine. Cette fois, le nœud du problème se retrouve dans les ports, où il y a une pénurie de conteneurs. L’Amérique du Nord en reçoit, mais a de la difficulté à les renvoyer là-bas rapidement en raison des mesures sanitaires dans les ports.

Le navire cargo MSC Alyssa, chargé de conteneurs, au port de Montréal.

Le manque de conteneurs est la cause des retards de livraison des marchandises par bateau.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Différentes situations vécues par le transport maritime dans les derniers mois sont venues accentuer la crise, dont le blocage dans le canal de Suez ou encore la plus récente grève au port de Montréal.

Le manque de conteneurs a évidemment des répercussions dans la poche du consommateur. Le prix du transport augmentant, il y a une répercussion sur le coût des jouets et des marchandises en général.

Le gouvernement ne s'inquiète pas de la situation

Pour sa part, la ministre déléguée aux Transports du Québec, Chantal Rouleau, précise en entrevue que les retards dans le transport maritime ne représentent pas une grande inquiétude en ce moment. Elle estime que c’est une crise ponctuelle, qui va se résorber. Le gouvernement est en lien régulièrement avec toute l’industrie maritime et avec l’ensemble des partenaires pour suivre l’évolution du dossier.

Avec les informations de Raphaëlle Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !