•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les permis pour les étudiants étrangers tardent à être délivrés dans l’Est-du-Québec

De jeunes étudiants avec un masque.

Les cégeps de l'Est-du-Québec attendent toujours certains de leurs étudiants internationaux en raison des retards de délivrance des permis d'études (archives).

Photo : iStock / Halfpoint

Alice Proulx

La rentrée scolaire, qui est déjà amorcée dans les différents cégeps de l'Est-du-Québec, ne se déroule pas tout à fait comme prévu. De nombreux étudiants internationaux ne sont pas encore en classe, puisqu'ils attendent toujours leurs permis d'étude.

Les établissements pourraient encore être privés d'une partie des étudiants étrangers cette session-ci en raison des retards de délivrance des permis d'études.

À ce jour, 34 étudiants étrangers inscrits au Cégep de Matane attendent encore leur permis d'études. La semaine dernière, ils étaient 48.

Je trouve ça malheureux la pression qu'ils vivent actuellement, mais ce n'est pas de notre ressort. C'est vraiment Immigration Canada qui ne délivre pas ses permis d'études, explique le directeur général du cégep, Pierre Bédard.

Entrée du Cégep de Matane.

Les étudiants de deuxième et troisième année ont reçu leurs permis (archives).

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

La coordonnatrice au Service des communications et du développement international du Cégep de Matane, Brigitte Lavoie, estime que la pandémie joue un rôle dans ces retards, mais admet que les permis sont souvent délivrés tardivement par Immigration Canada.

Un ultimatum de 7 jours

En raison des retards, cette année, la direction du cégep a établi que les étudiants internationaux ont jusqu'au 7 septembre pour se présenter en classe. Par contre, s'ils n'ont toujours pas reçu leur permis d'ici une semaine, ces étudiants verront leur session d'automne reportée ou annulée.

C'est trop complexe d'étudier à partir de l'Europe. On l'a fait un peu l'an passé et ce n'est pas des conditions d'études idéales. On ne leur donne pas une chance de réussir quand on fait ça.

Une citation de :Pierre Bédard, directeur général, Cégep de Matane
Le directeur général du Cégep de Matane, Pierre Bédard.

Le directeur général du Cégep de Matane, Pierre Bédard (archives)

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

Pour le Cégep, ce n'est pas critique. Ça ne met pas un programme en danger ou nos finances en danger, affirme M. Bédard.

Lors de la dernière session d'automne, le Cégep a aussi eu à jongler avec certains défis logistiques pour l'accueil des étudiants étrangers. Une diminution de la clientèle a été observée en raison des contraintes liées à la COVID-19.

Cégep de la Gaspésie et des Îles

L'établissement compte 12 étudiants qui sont toujours dans l'attente d'un permis d'études. Certains d'entre eux ont aussi abandonné leurs cours en raison du retard qu'occasionne cette situation.

Le 31 août, 38 étudiants étrangers de première année étaient arrivés pour la session d'automne.

L'édifice du Cégep de la Gaspésie et des Îles, campus de Gaspé.

En deuxième et en troisième année, 22 étudiants internationaux sont inscrits au Cégep de la Gaspésie et des Îles (archives).

Photo : Radio-Canada

Certains programmes permettaient des arrivées tardives jusqu'au 26 août, d'autres jusqu'au 2 septembre. Il est possible également qu'un programme offre la formation en comodal jusqu'à la mi-session pour permettre aux étudiants qui attendent leur permis d'études de commencer les cours à distance, indique le Service des communications du Cégep de la Gaspésie et des Îles.

Cégep de Rivière-du-Loup

Le Cégep de Rivière-du-Loup n’échappe pas non plus à ce problème. Le Service de relations internationales et d'information scolaire (SRIIS) rapporte qu'une vingtaine d'étudiants attendent leurs permis d'études pour commencer leur formation.

Ces jeunes doivent se virer de bord, car c’était leur projet d’études, un projet de vie pour d’autres, indique le directeur général du cégep René Gingras.

Le Cégep de Rivière-du-Loup.

Le Cégep de Rivière-du-Loup sera, lui aussi, privé d'une part des étudiants étrangers cette année (archives).

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis_Rad

Lundi, l'établissement a annoncé à six étudiants français et six étudiants africains qu’il était trop tard pour se joindre à leur programme d’études, alors que ceux-ci avaient commencé leur programme à distance depuis le 23 août.

Il n’y a pas de constance dans les délais pour l’émission des permis d’études. C’est vraiment un coup de dés et ces jeunes se parlent et remarquent très bien que le gouvernement canadien n’est pas cohérent avec les délais de traitement. Nous avons des étudiants qui ont fait une demande en mai et qui n’ont toujours pas de réponse et d’autres qui ont fait une demande en juin qui ont obtenu leur permis d’études, selon René Gingras

L’obtention de sa lettre d’introduction au permis d'études devient une loterie!

Une citation de :René Gingras, directeur général du Cégep de Rivière-du-Loup

Le renouvellement des documents pour ces étudiants de deuxième et de troisième année tarde aussi à se faire au Cégep de Rivière-du-Loup.

Retards de traitement à IRCC

Le ministère de l’Immigration, Refugiés, Citoyenneté Canada (IRCC) justifie les retards accumulés dans le traitement des demandes par la pandémie qui a eu des répercussions importantes sur le système d’immigration du Canada.

Par courriel, le porte-parole d'IRCC explique que, lorsque les restrictions de voyage appliquées aux étudiants étrangers ont été modifiées en octobre 2020, le Ministère a commencé à traiter en priorité les demandes de permis d’études par des étudiants qui souhaitent fréquenter un établissement d’enseignement désigné ayant un plan d’intervention immédiate en réponse à la COVID‑19.

Le Ministère s’était engagé à traiter les demandes de permis reçues avant le 15 mai avant le 6 août. 29 000 demandes de permis étaient visées et seules 80 demandes n’ont pas été traitées après la date butoir. Toutefois, les demandes incomplètes n’ont pas été traitées.

Nous comprenons que les demandeurs de permis d’études dans les pays où d’importantes restrictions liées à la COVID-19 sont en vigueur peuvent avoir rencontré des difficultés à présenter une demande complète au 15 mai, car ils n’ont peut-être pas été en mesure de fournir leurs données biométriques, leurs certificats de police ou leur preuve d’études, ou alors subir un examen médical aux fins de l’immigration à temps, ajoute le Ministère par courriel.

IRCC s’affaire présentement à traiter les demandes complètes qui ont été soumises après le 15 mai, mais ne peut garantir qu’une décision aura été rendue avant le début de la session d’automne.

Avec les informations de Catherine Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !