•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi les Canadiens peuvent se rendre aux États-Unis en avion, mais pas en voiture?

Poste frontalier américain.

Seuls les voyageurs essentiels peuvent se rendre aux États-Unis par voie terrestre.

Photo : Associated Press / Elaine Thompson

Radio-Canada

Des Canadiens se sentent désavantagés depuis que les États-Unis ont annoncé qu'ils maintiendraient la frontière terrestre entre le Canada et les États-Unis fermée aux voyages non essentiels au moins jusqu'au 21 septembre.

Selon une publication sur Twitter du département américain de la Sécurité intérieure (DHS), la mesure vise à minimiser la propagation de la #COVID19, notamment du variant Delta.

Des familles frustrées

Ma femme ne peut pas franchir la frontière en voiture parce que c'est très dangereux, mais elle peut prendre l'avion avec des étrangers, réagit sur Twitter Steven Husak, un résident de Taylor, dans la banlieue de Détroit au Michigan.

Il est marié à une Canadienne, April Umbenhower, qui vit de l'autre côté de la frontière, à Kingsville, dans le Sud-Ouest de l'Ontario, à environ 70 kilomètres de Taylor.

Pour rendre visite à son mari, la solution la plus économique pour Mme Umbenhower est donc de conduire 360 kilomètres jusqu'à Toronto pour prendre un vol vers Détroit, un voyage de plusieurs centaines de dollars.

Cela n'a aucun sens, estime-t-elle. C'est ridicule.

Il y a près d'un an et demi, le Canada et les États-Unis ont convenu de fermer leur frontière terrestre commune aux voyages non essentiels.

Mais pour des raisons qui n'ont jamais été pleinement expliquées, les États-Unis ont continué à autoriser les voyageurs non essentiels à se rendre dans le pays par avion.

À l'heure actuelle, les passagers aériens n'ont qu'à présenter la preuve d'un test antigénique ou PCR négatif. Il n'y a par ailleurs aucune obligation de vaccination.

Un égoportrait de Steven Husak et April Umbenhower.

April Umbenhower vit à Kingsville, dans le Sud-Ouest de l'Ontario. Il lui est difficile de voir son mari qui habite au Michigan à 70 km de là.

Photo : Soumise par April Umbenhower

De la discrimination économique

Lorsque le Canada a rouvert ses frontières terrestres et aériennes aux voyageurs américains entièrement vaccinés le 9 août , plusieurs ont supposé que les États-Unis feraient de même. Au lieu de cela, Washington a maintenu sa frontière terrestre fermée, frustrant les voyageurs qui veulent se rendre aux États-Unis en voiture.

Il n'y a ni logique ni raison à ces fermetures, selon Devon Weber de Montréal, dont les parents vivent à Long Island, dans l'État de New York. Quelle science démontre qu'il est plus sûr de prendre un avion bondé que de traverser la frontière dans son propre véhicule privé?

En tant que citoyenne américaine, Mme Weber peut aller voir ses parents. Le problème, dit-elle, est que son mari canadien ne peut pas la rejoindre.

En octobre dernier, Mme Weber a fondé Let Us Reunite, un groupe de défense des familles transfrontalières touchées par la fermeture de la frontière terrestre américaine. Elle affirme que les règles actuelles de voyage aux États-Unis désavantagent les Canadiens qui ne peuvent pas se permettre le coût élevé des vols - en plus des frais de test de COVID-19 pour les voyageurs.

C'est une politique discriminatoire, note Mme Weber. Tout le monde n'a pas les moyens de prendre l'avion pour voir sa famille.

Des raisons obscures

CBC News s'est tourné vers le département de la Sécurité intérieure, la Maison-Blanche, le département d'État américain et le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP) pour comprendre la situation actuelle.

Le département d'État a renvoyé la balle à la Maison-Blanche et le DHS. Le CBP a répondu de contacter le DHS. Ni le DHS ni la Maison-Blanche n'ont répondu aux demandes répétées du diffuseur.

La frontière canado-américaine dans le tunnel reliant Windsor en Ontario et Détroit au Michigan.

Le tunnel reliant Windsor en Ontario et Détroit au Michigan

Photo : Radio-Canada / Marine Lefevre

Selon Laurie Trautman, directeur de l'Institut de recherche sur les politiques frontalières de l'Université Western Washington à Bellingham, dans l'État de Washington, les règles liées à la pandémie pour les passagers aériens ont été mises en place sous l'administration précédente.

Le transport aérien était un appel de l'administration Trump, dit-elle. C'est donc une partie du problème.

C'est cette administration qui a introduit la réglementation actuelle, selon laquelle les étrangers peuvent prendre l'avion aux États-Unis tant qu'ils n'ont pas visité une liste précise de pays jugés à haut risque au cours des 14 derniers jours. Le Canada n'a jamais figuré sur la liste des pays à haut risque.

Pourquoi l'administration de Joe Biden n'a-t-elle pas changé d'approche?

Selon Mme Trautman, la principale raison pour laquelle les États-Unis n'ont pas rouvert leur frontière terrestre septentrionale est que l'administration Biden n'a pas encore élaboré de plan de contrôle des voyageurs terrestres.

La politologue croit également que la mise en place d'un tel plan n'est pas une priorité absolue pour les États-Unis à l'heure actuelle, surtout si l'on considère que le commerce entre le Canada et les États-Unis se poursuit et que les Canadiens peuvent se rendre aux États-Unis par avion.

L'urgence n'est pas là. Vous avez l'Afghanistan... et vous avez d'autres priorités politiques au sein de la Maison-Blanche, explique-t-elle.

Selon Devon Weber, de Let Us Reunite, le gouvernement américain doit savoir que la réouverture de la frontière terrestre nord est une priorité absolue pour les familles transfrontalières touchées par la fermeture.

C'est une chose à laquelle nous pensons tous les jours, souligne-t-elle. Et cela affecte nos vies quotidiennement.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !