•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Le futur est grand » : il y a plus de Canadiens que jamais dans la NBA

Dalano Banton tente un lancer au panier avec les Raptors pendant un match préparatoire.

Dalano Banton est devenu le premier Canadien à être repêché par les Raptors, l'été dernier.

Photo : Associated Press / Winslow Townson

Parole de Chris Boucher, des Raptors de Toronto, l'avenir est rose pour le basketball canadien. De plus en plus de représentants de l'unifolié se démarquent dans la NBA. La tendance ne s'épuisera pas de sitôt, à en croire l'athlète de Montréal-Nord.

Selon NBA Canada, le Canada est le pays qui, après les États-Unis, compte le plus de joueurs dans la meilleure ligue au monde, et ce, pour une huitième année d'affilée. Dix-huit Canadiens font partie de la composition d'équipes de la NBA en ce début de saison, un record.

C'est bon de voir qu'il y a beaucoup de joueurs qui percent dans la ligue et on a beaucoup de jeunes qui s'en viennent aussi, dit Boucher. Le futur est vraiment grand pour le Canada!

Quatre autres Canadiens ne sont pas comptabilisés par la NBA parce qu'ils entameront la saison dans la G League, ou le Canada n'est simplement pas retenu comme étant leur pays dans cette liste.

C'est d'ailleurs le cas de Chris Boucher, qui est né à Sainte-Lucie, dans les Antilles. Il a toutefois grandi à Montréal dès l'âge de 5 ans et représente le Canada sur la scène internationale.

Un trio chez les Raptors

Lors du dernier repêchage, trois Canadiens ont été sélectionnés par des équipes de la NBA. Josh Primo a été appelé en 12e place par les Spurs de San Antonio et le Montréalais Chris Duarte a été choisi au rang suivant par les Pacers de l'Indiana. Au deuxième tour, le Torontois Dalano Banton est devenu le premier Canadien de l'histoire à être repêché par les Raptors.

Avec Boucher, Banton et le Montréalais Khem Birch, Toronto est d'ailleurs l'équipe qui comprend le plus de joueurs canadiens au sein de son effectif, à égalité avec les Pistons de Détroit.

Jamais Toronto n'a misé sur autant de joueurs canadiens en même temps. Dans les 25 ans de l'organisation, ils sont seulement 7 à avoir enfilé l'uniforme des Raptors. Jamaal Magloire, Cory Joseph, Anthony Bennett et Oshae Brissett sont les autres.

Ça fait toujours du bien d'avoir deux ou trois Canadiens dans mon équipe, qui performent et qui sont fiers de [représenter] le Canada, indique Boucher.

À 28 ans et fort de 4 saisons dans la NBA, ce dernier estime qu'il peut encore s'améliorer.

Je veux tirer avec un meilleur [taux de réussite]. Je veux être capable de passer la balle beaucoup mieux. Je travaille aussi beaucoup sur mes dribles. C'est quelque chose que je veux mettre plus en valeur, dit-il.

« Je pense que je peux faire beaucoup plus en défense aussi. Si je peux être nommé sur la première équipe d'étoiles de la ligue en défense, joueur le plus amélioré ou 6e homme de l'année, peu importe ce que je peux avoir, je vais essayer d'aller le chercher cette année. »

— Une citation de  Chris Boucher, ailier fort des Raptors de Toronto

Un rôle plus important pour Boucher

Le Montréalais Chris Boucher tente un lancer dans l'uniforme des Raptors de Toronto.

Le Montréalais Chris Boucher est l'un des trois joueurs canadiens avec les Raptors de Toronto cette saison.

Photo : Associated Press / Chris O'Meara

À la suite du départ de Kyle Lowry, qui a été le visage des Raptors ces neuf dernières années, le directeur général Bobby Webster a collé l'étiquette de leader à Boucher, comme à Fred VanVleet, OG Anunoby et Pascal Siakam, puisqu'ils sont les derniers joueurs à Toronto à avoir fait partie de l'édition championne de 2019.

C'est un peu bizarre parce que le monde me pose des questions. Ils veulent savoir ce qu'ils peuvent faire de mieux et tout alors qu'il y a même pas deux ans, c'est moi qui faisais ça! dit le Montréalais. Mais j'aime bien ce rôle-là. Ça me pousse à être meilleur et donner des bons conseils.

La saison qui débutera mercredi soir pour les Raptors en sera d'ailleurs une de transition. Parmi les 17 joueurs de l'équipe, 10 sont âgés de 24 ans ou moins. À l'exception de Goran Dragic, qui a 35 ans, les meneurs de l'équipe n'ont pas encore la trentaine. Siakam et VanVleet ont 27 ans, Boucher en a 28 et Khem Birch a soufflé ses 29 bougies il y a moins d'un mois.

Nous avons un noyau qui a déjà joué à Toronto, mais on a beaucoup de nouveaux venus avec lesquels il faudra bâtir au fil des matchs. C'est ce qu'il y a de plus intrigant [avec cette équipe], précise Fred VanVleet.

La saison dans la NBA est longue et nous avons beaucoup de marge pour progresser. Si quelques-uns des nouveaux font un bon pas en avant, notre équipe sera complètement différente de ce que le public anticipe.

La nouvelle approche de l'entraîneur-chef Nick Nurse, plus axée sur la défense, les revirements et la contre-attaque, pourrait d'ailleurs surprendre beaucoup d'équipes.

Nous sommes tous très grands. Nous sommes une jeune équipe avec beaucoup de joueurs polyvalents et je crois que ça va poser problème à nos adversaires, croit Goran Dragic.

Qu'importe la tournure que prendra la saison, le premier match sera un moment important pour les Raptors. L'équipe accueillera les Wizards de Washington mercredi soir et l'atmosphère promet d'être unique, selon Chris Boucher.

Jouer à l'extérieur, c'était bizarre. Mais le fait qu'on est ici maintenant, je pense qu'on peut tous sentir l'amour qu'on a des fans. On peut enfin jouer à la maison où on est censés être.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !