•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5000 Afghans évacués par les États-Unis seront réinstallés au Canada

Selon Ottawa, environ 1250 Canadiens, résidents permanents du Canada ou membres de leur famille se trouvent toujours en Afghanistan à l'heure actuelle.

Des gens vus de dos descendent d'un avion.

Des réfugiés afghans arrivent à l'aéroport international Pearson de Toronto, le 24 août.

Photo : Reuters / MCpl Genevieve Lapointe

Radio-Canada

Jusqu'à 5000 Afghans évacués par les États-Unis trouveront finalement refuge au Canada, a confirmé mardi le ministre de l'immigration, Marco Mendicino.

Ces réfugiés seront acceptés dans le cadre du programme humanitaire de réinstallation récemment annoncé, a-t-il indiqué en conférence de presse mardi matin, à Ottawa.

L'entente conclue avec les États-Unis à ce sujet permettra en outre de libérer de la place dans les zones de transit qui accueillent des milliers de ces Afghans.

Une bonne partie des Afghans évacués de leur pays jusqu'à la fin de semaine dernière grâce à un pont aérien ont pour l'instant trouvé refuge dans des bases américaines dans des pays tiers, notamment dans le golfe Persique.

À la base aérienne américaine de Ramstein, en Allemagne, quelque 23 000 Afghans évacués dans l'urgence s'entassent dans des conditions difficiles, rapporte notre correspondante, Tamara Altéresco.

Ils habitent dans des tentes. C’est une base qui a été transformée en camp de réfugiés […] du jour au lendemain, indique-t-elle. Le personnel est complètement débordé.

Plusieurs de ces Afghans n'ont ni passeport ni carte d'identité, ce qui risque de compliquer les vérifications d'usage et de retarder leur départ vers d'autres pays.

Les Afghans que le Canada accueillera sont considérés à risque de représailles de la part des talibans, nouveaux maîtres du pays depuis un peu plus de deux semaines.

Cela inclut des gens qui ont collaboré avec les armées occidentales qui combattaient les talibans ces 20 dernières années, mais aussi des défenseurs des droits de la personne et des membres des minorités ethniques ou de la communauté LGBT.

Le Canada s'est engagé à accueillir 20 000 Afghans répondant à ces critères.

Le ministre Mendicino n'a pas dit combien d'Afghans sont déjà arrivés au Canada. Il s'est contenté de dire que 450 personnes avaient terminé leur quarantaine et avaient été accueillies dans 14 communautés distinctes.

Jeudi dernier, après l'annonce que les opérations de l'armée canadienne à l'aéroport de Kaboul étaient terminées, il avait indiqué que plus de 1000 Afghans récemment évacués se trouvaient en sol canadien.

Des Canadiens toujours en Afghanistan

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Marc Garneau, a pour sa part fait savoir qu'environ 1250 Canadiens, résidents permanents du Canada ou membres de leur famille se trouvent toujours en Afghanistan à l'heure actuelle. Il n'a pas dit si ces gens voulaient quitter l'Afghanistan ou non.

C'est la première fois que le gouvernement canadien donne une estimation chiffrée du nombre de Canadiens qui n'ont pas été évacués d'Afghanistan avant que le Canada ne mette un terme à ses opérations la semaine dernière.

Selon le ministre Garneau, cette évaluation n'avait pas pu être faite précédemment, puisqu'il a fallu du temps pour déterminer combien de Canadiens, de résidents permanents et de membres de leur famille ont quitté l'Afghanistan à bord de vols gérés par des pays tiers.

Selon le ministre Mendicino, les Canadiens et les Afghans vulnérables que l'armée canadienne n'a pu évacuer devraient tout de même pouvoir quitter le pays dans un avenir rapproché.

En fin de semaine, le Canada et ses alliés ont reçu des assurances des talibans que les citoyens afghans ayant l'autorisation de voyager [...] pourront quitter l'Afghanistan en toute sécurité, a-t-il dit.

Nous avons un engagement clair de la part des talibans, et nous allons nous assurer qu'ils le respectent.

Selon le ministre Garneau, il s'agit là du premier vrai test qui permettra à la communauté internationale de juger de la capacité des talibans à respecter leurs engagements.

En attendant que les vols civils reprennent à l'aéroport de Kaboul, que les États-Unis viennent tout juste de quitter, Ottawa invite ses ressortissants et les Afghans qu'il doit accueillir à rester sur place jusqu'à nouvel ordre.

Le chef de la diplomatie canadienne a tout de même précisé qu'il parlera à son homologue pakistanais plus tard mardi pour s'assurer qu'Islamabad facilite le passage de ceux et celles qui se présenteront aux frontières avec des documents canadiens valides.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !