•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un couple apprend que son tableau de Maud Lewis est vraisemblablement un faux

Un paysage côtier.

Un expert doute de l'authenticité de ce tableau attribué à Maud Lewis et acheté par un couple d'Halifax il y a 16 ans.

Photo : CBC

Radio-Canada

Un couple d’Halifax conseille aux collectionneurs d’art de prendre des précautions après avoir découvert que son tableau de la célèbre artiste Maud Lewis est vraisemblablement un faux.

John et Sue Corbett ont apprécié cette peinture pendant 16 ans et l’ont traitée comme une véritable oeuvre de Maud Lewis.

Maintenant retraités, ils ont commencé à planifier leur succession et ils ont décidé de faire évaluer l'œuvre cet été.

D'autres œuvres semblables ont été vendues pour 20 000 $, et certaines œuvres de Lewis découvertes en Grande-Bretagne ont récemment atteint 60 000 $ aux enchères.

Mais lorsqu'ils ont présenté leur tableau à un évaluateur, Ian Muncaster, de la galerie d'art Zwicker's, à Halifax, il leur a dit qu'il s'agissait probablement d'un faux.

Sue Corbett a déclaré qu'elle était absolument bouleversée quand elle a appris cette nouvelle.

Un paysage côté avec un bateau de pêcheurs au premier plan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le tableau acheté par John et Sue Corbett ressemble à celui-ci de Maud Lewis intitulé «Portrait of Eddie Barnes and Ed Murphy, Lobster Fisherman».

Photo : MCC Photo/Ken Ogasawara

Les Corbett ne sont pas des collectionneurs d’art et ils n’avaient jamais douté de l’authenticité du tableau.

Ils ont acheté le tableau Untitled : Seagulls and Lighthouses lors d'une vente aux enchères en ligne organisée par la maison Levis Auctions, de Calgary, en 2005. Selon l'entreprise, le tableau provenait d'une collection privée de l'île de Vancouver. Il était présenté comme un original de Maud Lewis.

L'histoire raconte que l'artiste Maud Lewis avait été présentée dans un documentaire de Canadian Broadcasting Corporation en 1965, ce qui avait incité une collectionneuse de Vancouver à lui écrire et à acheter deux tableaux. Le deuxième tableau a été vendu lors de la même vente aux enchères, à un acheteur inconnu.

Les Corbett ont payé plus de 5000 $ pour acheter ce tableau. Ils ont tous les deux grandi en Nouvelle-Écosse et ils admirent depuis longtemps les œuvres de Lewis.

L’authenticité du tableau mise en doute

Selon John Corbett, Ian Muncaster lui a expliqué que c'est dans les détails qu’on voit que ce n’est probablement pas un tableau de l'artiste néo-écossaise.

Premièrement, indique M. Corbett, l’horizon n’est pas peint de la façon habituelle. Ensuite, les pattes des mouettes sont normalement peintes en noir et celles-ci ne le sont pas. Les maisons et leur toit sont normalement d’une couleur unie alors que dans ce cas elles sont mélangées.

Les vagues ne sont pas peintes de la façon habituelle et la signature de l’artiste n'est pas une réplique exacte des autres que M. Muncaster a pu voir dans sa carrière.

Le couple assis devant le tableau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

John et Sue Corbett gardent leur tableau qu'ils considèrent maintenant comme étant un simple bibelot.

Photo : CBC/Paul Poirier

Interviewé par Canadian Broadcasting Corporation, Ian Muncaster affirme que la galerie évalue des tableaux de Maud Lewis chaque semaine, parfois deux ou trois par semaine, et qu’il a remarqué au premier coup d’oeil que quelque chose clochait avec celui-ci.

Ian Muncaster évalue des œuvres d'art depuis 50 ans. Un document d'évaluation n'est pas un certificat d'authenticité, mais il refuse d'évaluer des œuvres qui présentent des signes de faux, comme celle achetée par les Corbett.

Leur tableau est passé d'une évaluation de plusieurs milliers de dollars à une valeur nulle.

Ian Muncaster tient le petit tableau en main. Il s'agit d'un paysage hivernal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ian Muncaster examine un tableau authentique de Maud Lewis soumis à la galerie d'art Zwicker's pour être encadré.

Photo : CBC/Jon Tattrie

Ian Muncaster a également soumis la peinture à Lance Woolaver, l'auteur de plusieurs livres sur Maud Lewis, et à Alan Deacon, un collectionneur de ses œuvres. Ils ont tous deux vu des raisons de s'inquiéter.

Le tableau des Corbett est similaire à un tableau connu de Lewis intitulé Portrait of Eddie Barnes and Ed Murphy, Lobster Fisherman, qui a été vendu pour 45 000 $ en 2017.

De qui provient le tableau?

L’entreprise Levis Auctions détruit ses documents après une décennie. Elle n’a donc plus ceux du tableau en question.

Doug Levis a fondé Levis Auctions et a vendu le tableau aux Corbett. Il dit qu'une femme de l'île de Vancouver l'avait contacté en 2005 pour vendre deux tableaux de Maud Lewis qu'elle aurait achetés de l'artiste dans les années 1960. Il dit qu’il n’avait pas de raison de douter de son histoire.

Selon M. Levis, l'augmentation de la valeur des œuvres de Lewis s'est accompagnée d'une augmentation du nombre de peintures douteuses.

Récemment, ajoute-t-il, quelqu'un a apporté quatre peintures attribuées à Lewis. L'entreprise les a fait examiner par un expert qui a mis en doute leur authenticité. Levis ne les a pas vendues aux enchères. Doug Levis dit que c'est ainsi que l’entreprise traite tous les tableaux de Lewis maintenant.

L’entreprise a dit aux Corbett qu'elle offre des remboursements, mais seulement dans les 14 jours suivants l'achat. Et il y a 16 ans que le couple possède ce tableau.

Maud Lewis debout devant sa maison, un tableau dans les mainsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'artiste néo-écossaise Maud Lewis a vécu de 1901 à 1970.

Photo : Galerie d'art de la Nouvelle-Écosse

John et Sue Corbett n'attribuent aucune faute à Maud Lewis et ils ne croient pas que la maison Levis était complice d’une fraude potentielle. Ils conseillent aux gens qui possèdent des tableaux de cette artiste de les faire authentifier.

Il existe beaucoup de faux tableaux de Maud Lewis. Ian Muncaster soupçonne qu’un faussaire en Nouvelle-Écosse en a créé à lui seul plus d’un millier qui sont souvent perçus comme étant des œuvres originales.

Selon lui, chacun devrait prendre des précautions avant de dépenser des milliers de dollars pour acheter un tableau attribué à Maud Lewis.

D'après un reportage de Jon Tattrie, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !