•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Premières Nations de la C.-B. ne veulent toujours pas de l’oléoduc Northern Gateway

Le chef conservateur Erin O’Toole souhaite faire renaître le projet abandonné en 2016.

Erin O'Toole parle dans un micro dans un pré.

Erin O'Toole, chef du Parti conservateur du Canada, justifie sa volonté de relancer le projet d'oléoduc Northern Gateway d’Enbridge afin de travailler sur la réconciliation économique avec les Premières Nations.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le chef conservateur Erin O’Toole souhaite faire renaître le projet d'oléoduc Northern Gateway d’Enbridge. Le projet controversé, abandonné en 2016, devait acheminer le pétrole des sables bitumineux de l'Alberta vers Kitimat, en Colombie-Britannique. Mais au moins une Première Nation qui s'était opposée au projet à l'époque réitère déjà une fin de non-recevoir.

Erin O’Toole se positionne en faveur de la poursuite du développement de l’industrie pétrolière au Canada (Nouvelle fenêtre). Il établit Trans Mountain et Northern Gateway comme des projets importants et prioritaires à ses yeux.

En entrevue à Radio-Canada dimanche soir, Erin O'Toole a déclaré qu'après six ans de gouvernement Trudeau, le pays était plus divisé que jamais et que ces projets étaient nécessaires pour rétablir les liens de confiance avec les provinces de l'ouest du pays.

Le chef conservateur justifie aussi sa volonté de relancer le projet afin de travailler sur la réconciliation économique avec les Premières Nations.

C'était un projet important pour les Premières Nations et monsieur Trudeau l’a annulé sans consultation avec les Premières Nations, c’est inacceptable, affirme-t-il.

Des Premières Nations réitèrent leur opposition

La secrétaire-trésorière de l'Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique, Judy Wilson, est d'avis que les dirigeants devraient penser à des solutions vertes et durables plutôt que de se tourner vers le pétrole et le gaz, surtout dans le contexte actuel de changements climatiques.

Il existe des solutions alternatives et elles ne sont pas exploitées parce que des gens comme Erin O'Toole investissent dans le passé et non dans le futur.

Une citation de :Judy Wilson, secrétaire-trésorière de l'Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique

Elle ajoute que beaucoup de Premières Nations ont des idées pour le développement économique, mais elles misent, selon elle, sur un meilleur mode de vie, une économie plus verte.

La cheffe élue de la Première Nation Heiltsuk, Marilyn Slett, adopte une position similaire.

Les Premières Nations côtières, y compris la nation Heiltsuk, se sont battues pendant des années contre l'oléoduc Northern Gateway, affirme-t-elle dans une déclaration écrite.

La position de campagne du Parti conservateur [...] n'est pas justifiable. Elle nie nos droits inhérents et constitutionnels et notre titre à sauvegarder nos terres et nos eaux pour les générations futures.

Une citation de :Marilyn Slett, cheffe élue de la nation Heiltsuk
Tracé du projet de pipeline Northern Gateway de la pétrolière Enbridge.

Tracé du projet de pipeline Northern Gateway de la pétrolière Enbridge.

Photo : Radio-Canada

En 2016, plusieurs dirigeants et Premières Nations s'étaient réjouis de l’abandon du projet par le gouvernement libéral, alors que celui-ci avait été approuvé par le gouvernement Harper deux ans plus tôt.

Le gouvernement de Justin Trudeau avait alors justifié le rejet du projet de la pétrolière Enbridge en affirmant qu’il ne servirait pas l’intérêt général, puisqu’il nécessiterait le passage de transporteurs de brut dans le chenal Douglas, un écosystème fragile qui fait partie de la forêt pluviale du Grand Ours.

Les libéraux ont aussi voté un moratoire concernant la circulation de pétroliers le long des côtes du nord de la Colombie-Britannique (Nouvelle fenêtre). Or, les conservateurs ont promis de mettre fin à ce moratoire s'ils sont élus.

Une proposition étrange

Frédéric Boily, professeur en sciences politiques au campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta, estime la proposition d’Erin O’Toole inattendue et surprenante, compte tenu du fait que le projet était déjà controversé.

C’est un peu étrange pour un aspirant premier ministre qui veut faire baisser les tensions régionales [...] de les faire renaître du côté de l’Alberta et de la Colombie-Britannique.

Une citation de :Frédéric Boily, professeur en sciences politiques au campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta

Il souligne toutefois que les propositions économiques, comme la création d’emplois, venant des conservateurs sont plutôt bien accueillies en Colombie-Britannique.

C’est peut-être ce sur quoi mise Erin O’Toole, de cocher la case de l’industrie énergétique, explique-t-il. La promesse pourrait être d’une certaine façon vide de sens, ajoute-t-il, si l’entreprise elle-même n’y est pas intéressée, si les indicateurs économiques ne sont pas là pour la production de pétrole.

À Victoria, le gouvernement néo-démocrate n'a pas commenté la promesse conservatrice lundi. L'entreprise Enbridge n'a pas non plus souhaité faire de commentaires sur la question.

Avec les informations de Mélinda Trochu et d'Amélia MachHour

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !