•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campagne municipale : Marchand dénonce « l’interférence » de Labeaume

Bruno Marchand répond aux questions d'un journaliste devant l'hôtel de ville de Québec.

Bruno Marchand, chef de Québec Forte et Fière. (archives)

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Québec forte et fière accuse le maire Labeaume d’utiliser les ressources de la Ville pour mousser la campagne à la mairie de Marie-Josée Savard. Le parti réfléchit à la possibilité de porter plainte auprès du Directeur général des élections.

C'est leur stratégie, on le voit, s’est emporté le chef Bruno Marchand, lundi, sur le parvis de l’hôtel de ville de Québec.

Selon lui, le projet de transformation du vieux Colisée, qui pourrait être revampé d’ici quelques années pour accueillir des sports émergents, est le parfait exemple d’une annonce préélectorale.

Marie-Josée Savard était là, la semaine passée, pour une annonce faite par le maire qui aura lieu dans trois ans, a-t-il déploré. Il y a vraiment une interférence dans la campagne électorale.

« À partir du moment où on utilise les ressources de la Ville pour faire une annonce électorale comme ça, on est en droit de se questionner : est-ce qu'on utilise les ressources financières et humaines de la Ville à bon escient? »

— Une citation de  Bruno Marchand, chef de Québec forte et fière

Bruno Marchand estime que ce genre d’initiative brouille la ligne entre les activités de politique partisane et la gestion des affaires courantes de la Ville de Québec.

Rousseau en rajoute

Le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, croit pour sa part que le maire Labeaume saisit toutes les opportunités depuis quelques semaines pour associer Marie-Josée Savard aux annonces de la Ville.

Jean Rousseau lors d'une entrevue.

Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Elle n’était jamais présente et là, elle est omniprésente. Il est là le problème, a-t-il tranché. C’est comme de dire : "Mme Savard vous présente ça". C’est lui qui tire les ficelles.

De son côté, le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, a estimé que la stratégie d'Équipe Marie-Josée Savard de profiter de la notoriété du maire sortant représentait un pari risqué.

Moi je n'accepterais pas ça si j'étais Mme Savard. Je voudrais faire ma propre campagne et démontrer aux citoyens de la Ville de Québec que je suis le maire en devenir.

Labeaume gère la Ville

Le maire Labeaume a balayé les accusations à son endroit du revers de la main.

Il faut qu’on gère la Ville, s’est-il défendu en point de presse.

Le maire Régis Labeaume en conférence de presse.

Régis Labeaume, maire de Québec. (archives)

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Interrogé sur une éventuelle plainte portée par M. Marchand au Directeur général des élections, il a répondu : ça ne m’intéresse pas d’entrer dans la campagne. M. Marchand, je ne m’en occupe pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !