•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Passeport vaccinal : ruée vers les centres d’impression

Une femme tient entre ses mains un passeport vaccinal imprimé sur une carte professionnelle.

Bon nombre de personnes qui n'ont pas de téléphone intelligent préfèrent plastifier leur passeport vaccinal pour le protéger.

Photo : Radio-Canada

À deux jours de l’entrée en vigueur du passeport vaccinal au Québec, les centres d’impression croulent sous les demandes de clients qui ne sont pas à l'aise avec la technologie et qui souhaitent faire plastifier leur code QR.

Depuis la semaine passée, c’est la folie, affirme Isabelle Lapointe, coordonnatrice du Centre de la copie Élite situé à Sainte-Foy.

Les clients, principalement des personnes âgées qui ne sont pas équipées d’un téléphone intelligent, se présentent avec leur preuve de vaccination papier en main. Les employés numérisent le document, en réduisent la taille, l’impriment et le plastifient afin que la preuve vaccinale puisse facilement s'insérer dans un portefeuille, comme une carte de crédit. Les détenteurs n'ont ainsi pas besoin d'enregistrer leur code QR sur leur téléphone.

Le problème, c'est qu'on fait que ça de nos journées, affirme Isabelle Lapointe, qui n’acceptera désormais ces demandes que le vendredi afin de pouvoir honorer ses autres commandes.

Un client présente sa preuve de vaccination dans un commerce d'impression.

Chez Planète Multi-Services, un autre centre d’impression de Québec, situé avenue Cartier, le propriétaire affirme que jusqu’à 50 personnes par jour se présentent pour faire plastifier leur code QR.

Quand on a ouvert ce matin, il y avait une dizaine de personnes qui attendaient. Ça sort, ça entre. Ça n’arrête pas, témoigne Jean Ouellet.

Le service coûte environ 4 $, selon lui.

Michel, un client rencontré sur place lundi, veut faire plastifier son code QR afin de pouvoir continuer d’aller au restaurant et au théâtre.

« Je n'ai pas d'ordinateur, je n'ai pas de téléphone cellulaire. Je vais présenter mon papier avec ma carte d'assurance maladie. »

— Une citation de  Michel, client

Plus de ressources demandées

Le gouvernement offre lui aussi un service d’impression et d’expédition de la preuve de vaccination en format carte professionnelle. Toutefois, selon le directeur général de la Fédération de l'âge d'or du Québec (FADOQ) pour la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, Michel Beaumont, bon nombre d'aînés qui appellent la ligne d’information du gouvernement ont du mal à parler à un préposé ces derniers jours.

Les lignes semblent être un petit peu embourbées. [...] Il y a une inondation d’appels, constate-t-il. C'est primordial qu’ils mettent les ressources nécessaires pour que les gens puissent répondre au téléphone. Il faut rendre ça absolument accessible.

Une femme tient entre ses mains un passeport vaccinal imprimé sur une carte professionnelle.

La présidente de la FADOQ Gisèle Tassé-Goodman espère que les personnes âgées ne feront pas les frais de lourdeurs administratives.

Photo : Radio-Canada

Même si le passeport vaccinal sera exigé dans certains lieux publics et commerces non essentiels à partir du 1er septembre, une période d’adaptation est prévue jusqu’au 15 septembre. D’ici là, les retardataires ou ceux qui ont éprouvé des difficultés à obtenir une version imprimée ou électronique de leur preuve de vaccination n’auront pas à craindre de sanctions.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Des aînés nombreux à faire plastifier leur code QR

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !