•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec offrira une 3e dose aux personnes immunosupprimées

Les portes des cliniques sans rendez-vous leur sont déjà ouvertes, indique le ministère de la Santé.

Un travailleur de la santé applique de la ouate et un pansement sur le bras d'une patiente âgée venant tout juste de recevoir son vaccin.

Une troisième dose de vaccin anti-COVID sera nécessaire pour les personnes immunosupprimées ou dialysées, estime le CIQ de l'INSPQ.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Les Québécois immunosupprimés ou dialysés pourront recevoir une troisième dose de vaccin anti-COVID.

C'est ce qu'a confirmé le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) après avoir pris connaissance des recommandations formulées par le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) de l'INSPQ dans un avis publié lundi après-midi (Nouvelle fenêtre).

La mesure concerne seulement 1 à 2 % de la population, par exemple les personnes qui sont sous traitement de chimiothérapie ou de radiothérapie, celles ayant eu une transplantation d’organe, ou encore celles qui prennent des médicaments qui affectent leur système immunitaire.

Le CIQ recommande que, dans la mesure du possible, une dose d'un vaccin à ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna) soit utilisée pour l'immunisation d'une personne immunodéprimée, et ce, même si celle-ci a reçu auparavant des doses de vaccin à vecteur viral (AstraZeneca ou CoviShield).

Car il arrive souvent que ces personnes ne répondent pas aux deux premières doses en raison d'une condition médicale qui affecte leur système immunitaire, explique le Dr Nicholas Brousseau, président du CIQ.

Pour cette raison, cette troisième dose devrait être considérée comme un renforcement de la vaccination de base et non comme une dose de rappel, spécifie le Comité.

De plus, le Comité rappelle qu'il juge essentiel que les proches d'une personne immunosupprimée soient adéquatement vaccinés.

Les personnes concernées pourront se présenter dès maintenant dans les cliniques de vaccination sans rendez-vous, a fait savoir le MSSS lundi.

Pour celles qui souhaitent prendre rendez-vous en ligne pour obtenir leur dose additionnelle, la plateforme de prise de rendez-vous Clic Santé sera mise à jour au cours des prochains jours et présentera cette option pour la clientèle des personnes immunodéprimées et dialysées, ajoute-t-il.

L'Ontario le fait déjà

Plusieurs pays, notamment la France et les États-Unis, offrent déjà une troisième dose de vaccin anti-COVID aux personnes immunosupprimées ou dialysées.

L'Ontario, de son côté, a déjà commencé à offrir une troisième dose de vaccin anti-COVID aux receveurs de greffe, aux personnes atteintes de certains cancers du sang et aux résidents des foyers de soins de longue durée.

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) devrait également se pencher sur la question cette semaine.

Les responsables de la santé du monde entier surveillent de près l'efficacité des vaccins administrés jusqu'ici face au variant Delta. C'est le cas du CIQ, qui affirme dans son avis publié lundi qu'au besoin, une dose de rappel (ou booster) sera considérée pour certains groupes de la population afin de réactiver leur mémoire immunitaire.

Une dame âgée reçoit du réconfort de deux membres du personnel.

La COVID-19 a frappé fort au printemps 2020 dans les CHSLD du Québec. Mais ce n'est plus le cas ces jours-ci.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Pour l'instant, toutefois, le comité québécois exclut l’administration d’une troisième dose aux résidents des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

Dans un second avis publié lundi (Nouvelle fenêtre), le CIQ invoque notamment l'incidence des cas de COVID, actuellement très faible dans ces établissements, pour justifier sa décision.

La 4e vague est concentrée chez les jeunes moins vaccinés, et la COVID-19 peut leur causer plusieurs problèmes : il faut viser un meilleur taux de vaccination avec deux doses chez ces jeunes, soutient le Dr Brousseau.

Une troisième dose est toutefois offerte aux voyageurs québécois qui ont reçu dans d'autres pays des vaccins n'ayant pas été autorisés au Canada, rappelle le MSSS.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !