•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Allen Cormier.

Le préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Allen Cormier attend beaucoup du prochain gouvernement fédéral, mais il espère surtout des mesures qui aideront à attirer et à accueillir de nouveaux arrivants.

La pandémie, croit le préfet, a permis à beaucoup de gens de découvrir la Gaspésie et de rêver de s’y installer. On est victime d’un immense succès , observe Allen Cormier.

C’est une bonne nouvelle pour la Haute-Gaspésie qui peine depuis plusieurs années à lutter contre le déclin de sa population.

Déjà, dans certains secteurs, il n’y a plus de terrains à vendre, plus de maisons disponibles ni de logements à louer, ce qui pose un autre problème.

Le besoin le plus criant présentement c’est d’avoir des capacités pour développer de nouveaux logements, de nouvelles maisons , indique M. Cormier. Une des solutions, selon lui, serait que le gouvernement fédéral puisse offrir un soutien financier aux entrepreneurs qui se lancent dans la construction résidentielle.

Le préfet, qui a fait de la lutte contre le déclin démographique son cheval de bataille, voudrait que le gouvernement soutienne plus d’initiatives qui permettent d’accueillir et d’attirer de nouveaux venus sur le territoire.

Village de Marsoui

Les terrains destinés à la construction résidentielle se font de plus en plus rares en Haute-Gaspésie. (archives)

Photo : Radio-Canada/JF Deschenes

Des mesures comme de l’aide fiscale ou des crédits d’impôt pourraient selon lui aider les régions à attirer de nouvelles familles.

En attendant, la Gaspésie, où plus du quart de la population est âgée de 65 ans et plus, doit conjuguer, comme partout ailleurs, avec la rareté de la main-d'œuvre.

Dans cette perspective, la possibilité pour les retraités de demeurer au travail sans être financièrement pénalisés ou mieux en étant incités à demeurer au travail s’inscrit maintenant comme un enjeu pour les communautés. On a, souligne Allen Cormier, une pénurie de main-d'œuvre, les gens qui sont à la retraite pourraient être une main-d'œuvre avec beaucoup d’expérience, beaucoup de qualité.

Un vaste territoire

Dans une MRC, qui compte 138 kilomètres en bordure du Saint-Laurent, les impacts des changements climatiques et de l’érosion des berges sur les infrastructures et les villages sont devenus des préoccupations de premier plan. Il faut investir en recherche pour mieux s’y préparer , croit Allen Cormier.

Dans cette grande MRC de plus de 5000 km carrés, dont plus de la moitié est constituée de territoires non organisés, Il y a encore de nombreux endroits où il est difficile de capter le réseau cellulaire et des portions de territoire où le réseau est carrément inexistant.

C’est le cas notamment sur la route 299 entre New Richmond et Sainte-Anne-des-Monts.

Une vue de la ville de Sainte-Anne-des-Monts avec son église à deux clochers.

La route 299 relie la Haute-Gaspésie à la Baie-des-Chaleurs à partir de Sainte-Anne-des-Monts.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

La MRC de la Haute-Gaspésie a déjà fait parvenir des résolutions au gouvernement du Canada et à Telus demandant une meilleure couverture cellulaire sur cette route qui traverse le parc de la Gaspésie. Compte tenu qu’il y a 220 000 visiteurs et plus par année dans ce secteur-là, on jugeait important pour des motifs de sécurité d’avoir accès à la téléphonie cellulaire.

L’absence de réseau cellulaire dans l’arrière-pays des villages de Mont-Saint-Pierre ou de Mont-Louis, de plus en plus fréquenté, est aussi un enjeu pour le préfet.

Pour stimuler l'économie

Sur le plan économique, Allen Cormier rappelle que les usines de sciage sont nombreuses sur le territoire et que pour consolider l’industrie, le gouvernement pourrait favoriser la diversification et le développement de nouveaux produits.

Dans le secteur touristique, le préfet observe que les marinas et les havres polyvalents sont de plus en plus fréquentés et que ces infrastructures ont besoin de soutien pour se développer. Même chose pour les quais et les phares, dont celui de Cap-des-Rosiers dont l’avenir demeure incertain.

Point de vue en plongée sur un enrochement sinueux qui s'avance dans le fleuve Saint-Laurent.

La marina du secteur Tourelle à Sainte-Anne-des-Monts

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Par ailleurs, Allen Cormier n’est pas sans oublier que le gouvernement fédéral est aussi un employeur. Il rappelle que le maintien et l’ajout d’emplois de la fonction publique dans la région sont aussi des facteurs de développement économique.

Le préfet aimerait que le prochain député fédéral de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine ait une pensée toute particulière pour la MRC de la Haute-Gaspésie. Pour avoir notre juste part , commente M. Cormier.

Ce dernier considère en effet que son coin de pays est souvent négligé par les politiciens.

Pour Allen Cormier, le meilleur député de la région reste Charles-Eugène Marin qui était originaire de Sainte-Anne-des-Monts. M. Marin, qui était progressiste-conservateur, a été député de 1984 à 1993.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !