•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vive inquiétude à Beaubassin-Est après une série d'incendies

Un amoncellement de débris fumants.

Quatre bâtiments de l'entreprise M&M Cormier à Petit-Cap ont brûlé au cours de la nuit de vendredi à samedi.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Tessier-Vigneault

Radio-Canada

Les résidents de la Communauté rurale de Beaubassin-Est au Nouveau-Brunswick sont inquiets à la suite des incendies qui se sont déclarés dans divers bâtiments trois fins de semaine d’affilée.

L’inquiétude augmente dans la région, selon la mairesse de Beaubassin-Est, Louise Landry.

Absolument. C’est une période d’incertitude pour la communauté avec ces nombreux feux au cours des trois dernières semaines. Il faut également préciser qu’au cours des deux dernières années on a eu d’autres feux dans des maisons inhabitées et d’autres entreprises également, mais là, trois boucanières ou quatre boucanières en trois semaines, les gens sont très inquiets. La communauté est très inquiète. C’est une dure épreuve pour la communauté, bien entendu, explique Louise Landry, interviewée lundi à l'émission La matinale, d'ICI Acadie.

Louise Landry interviewée par vidéoconférence.

Louise Landry, mairesse de la Communauté rurale de Beaubassin-Est.

Photo : Zoom

Un incendie a détruit quatre bâtiments de l’entreprise M&M à Petit-Cap en fin de semaine. Les pompiers ont aussi combattu des incendies dans un garage situé non loin et dans un camion à Baie Verte.

D'autres incendies ont détruit des boucanières de l’entreprise Botsford à Petit-Cap durant les deux week-ends précédents.

Les incendies sont-ils d'origine criminelle?

Le chef des pompiers de Cap-Pelé, Ronald Cormier, se demande ce qui se passe et s’il y a un pyromane dans la région.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) et le prévôt des incendies espèrent déterminer les causes de ces incendies, indique le sergent Pierre Chiasson. Les policiers, dit-il, considèrent l’incendie de samedi comme étant suspect étant donné qu’il y en a eu trois durant trois week-ends consécutifs.

La Gendarmerie royale du Canada demande à toute personne qui aurait des renseignements sur ces incendies de communiquer avec elle.

Ronald Cormier devant les décombres d'une usine.

Le chef pompier de Cap-Pelé, Ronald Cormier, dit qu'il ne sait pas ce qui se passe et qu'il se demande si un pyromane est à l'oeuvre dans la région.

Photo : Radio-Canada / Jérémie Tessier-Vigneault

Louise Landry n’a pas encore de nouvelles des enquêteurs et elle reconnaît que ces derniers ne peuvent en dire plus pour le moment.

On n’a eu aucune nouvelle des instances qui sont responsables des enquêtes, soit le prévôt des incendies ou la Gendarmerie royale du Canada. C’est certainement des discussions dans les dernières semaines que j’avais avec notre personnel ici à la municipalité. Nous allons demander une rencontre avec la Gendarmerie royale du Canada, ce que je souhaite qui pourrait arriver très prochainement. Il faut savoir que lorsqu’on mène une enquête du genre, les informations sont très confidentielles et même la municipalité n’est pas privilégiée des informations, affirme Louise Landry.

Le simple fait de savoir maintenant que la police considère les incendies comme étant suspects est un peu rassurant, ajoute-t-elle.

Je crois que oui parce que moi-même comme mairesse, c'était rassurant de voir... bon, enfin, parce que comme je l’ai mentionné tout à l’heure, on n’avait aucune idée où on en était rendu avec les enquêtes. Est-ce qu’on en fait une priorité? Est-ce qu’on va chercher des équipes pour faire des enquêtes spécialisées, ainsi de suite? Alors, ce sont des discussions que j’aimerais avoir dans les prochains jours avec la Gendarmerie royale du Canada, souligne Louise Landry.

Les gens s’inquiètent aussi pour la santé et la sécurité des pompiers qui ont eu fort à faire ces trois derniers week-ends, ajoute la mairesse. Trois brigades de pompiers desservent la population de Beaubassin-Est dans un territoire de 290 km carrés et ce sont des volontaires, précise-t-elle.

Avec des renseignements de La matinale, d'ICI Acadie, et de Blair Sanderson et de Melissa Friedman, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !