•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les commerces de Whistler peinent à embaucher du personnel

Un planchiste évolue le long d'une piste à Whistler

Un planchiste évolue le long d'une piste à Whistler

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

Radio-Canada

Malgré la hausse du nombre de touristes, des commerces de Whistler en Colombie-Britannique n’arrivent pas à embaucher assez de travailleurs pour fonctionner à plein régime, ce qui les inquiète vu l'ouverture des pistes de ski vers la fin novembre.

Ils sont confrontés à une pénurie de personnel dans le secteur des services dans l'ensemble de la province, une crise de logement de longue date et des retards dans l’attribution de visas à de nouveaux travailleurs étrangers en raison de la pandémie.

D’après une lettre de la Chambre de commerce de Whistler envoyée en 2018 à la ministre fédérale du travail de l’époque, Patty Hajdu, 65 % des membres de la Chambre de commerce dépendent de travailleurs étrangers. La vaste majorité détient un permis vacances-travail.

Des piétons traversent un pont dans le village de Whistler au coucher du soleil.

Des piétons déambulent dans le village de Whistler.

Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

On ne reçoit pratiquement aucun CV. Les façons habituelles d’embauche ne fonctionnent plus , explique Christina Kelly, directrice des opérations de l’Hôtel Aava à Whistler.

La majorité de son personnel doit travailler six jours par semaine, ce qui inquiète Mme Kelly en raison de la difficulté physique et émotionnelle que cela peut avoir.

Cette pénurie se reflète aussi dans le parc de vélos de montagne dont les remontées ne sont pas toutes ouvertes. Certains magasins du village ont des heures d’ouverture réduites et il faut parfois attendre deux heures avant de pouvoir dîner dans certains restaurants.

Ces difficultés touchent entre autres les touristes américains qui ont commencé à revenir à Whistler depuis qu’ils ont été autorisés récemment à entrer au Canada par la voie terrestre.

Le maire de Whistler, Jack Crompton, souligne que la région fait tout pour s'attaquer à ces défis. La Municipalité, dit-il, continue d'investir dans des logements abordables et pousse le gouvernement à autoriser davantage de visas à court terme pour les étrangers.

D'après les informations de Maryse Zeidler

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !