•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour des tasses de café réutilisables

Une tasse réutilisable de Starbucks dans la main d'un client.

Starbucks encourage de nouveau ses clients à apporter leur propre tasse à café réutilisable.

Photo : Radio-Canada / Micki Cowan

Anne-Marie Trickey

La semaine passée, la chaîne de cafés Starbucks a décidé de recommencer à accepter les tasses réutilisables dans ses cafés : une option qui était possible avant la pandémie. De leur côté, Tim Hortons et McDonald’s ont décidé de ne pas suivre cet exemple pour l'instant, en raison de la crise sanitaire.

Quand la pandémie a frappé en mars 2020, plusieurs chaînes de restauration rapide – comme Starbucks, McDonald’s et Tim Hortons – refusaient de remplir les tasses réutilisables. Les clients devaient donc accepter de prendre leur café dans des tasses à usage unique.

Plusieurs défis environnementaux ont été mis en arrière-plan pendant la pandémie, constate la résidente de Toronto Brenya Green.

Brenya Green sourit.

Brenya Green aime avoir sa propre tasse réutilisable quand elle s'achète un café.

Photo : Radio-Canada

Elle est heureuse de voir que Starbucks change sa politique, mais elle croit que les autres chaînes tardent à suivre son exemple.

Ça fait trop longtemps que cette possibilité est écartée, surtout puisque Starbucks a trouvé une solution pour permettre d’utiliser des tasses de café réutilisables, souligne Brenya Green.

Starbucks applique une méthode sans contact pour remplir les tasses réutilisables. Les clients enlèvent le couvercle et placent la tasse – qui doit être nettoyée – sur un plateau ou dans une tasse en céramique. Ensuite, l’employé remplit la tasse sans la toucher.

Nous voulions créer une nouvelle façon de fonctionner et ce processus se fonde sur la sécurité, explique la vice-présidente des affaires publiques de Starbucks Canada, Luisa Girotto.

Assurer la santé de tous

Les tasses de café jetables causent des problèmes en raison de la pellicule de plastique qui tapisse leur intérieur. Cette pellicule permet d’éviter les fuites, mais rend également les tasses très difficiles à recycler. Le résultat? De nombreuses municipalités, comme la Ville de Toronto, ne les recyclent pas.

Selon la firme de recherche Euromonitor, les Canadiens ont consommé plus de 4,6 milliards de tasses de café dans les commerces de restauration rapide en 2020. Pour la majorité de l’année 2020, Starbucks, McDonald’s et Tim Hortons n’acceptaient pas les tasses réutilisables.

Avant la pandémie, Tim Hortons offrait cette possibilité depuis plusieurs années. Pour l’instant, ce restaurant rapide surveille toujours l’évolution des règles sanitaires en vigueur, selon un communiqué.

La santé et la sécurité de nos employés et de nos clients demeurent une priorité pour Tim Hortons.

Une citation de :Communiqué de Tim Hortons

Du côté de McDonald’s, plusieurs restaurants n’acceptaient pas les tasses de café réutilisables avant la pandémie puisqu’il n’y avait pas de politique nationale à ce sujet – chose qui a provoqué des plaintes de la part des clients comme Brenya Green.

Ils m’ont dit qu’ils n’allaient pas remplir ma tasse réutilisable et je trouvais ça choquant, dit-elle.

En janvier 2019, les restaurants McDonald’s ont dit à CBC qu’ils voulaient lancer une nouvelle politique pour les tasses réutilisables. Mais la semaine passée, la compagnie a affirmé que la pandémie a retardé cette initiative.

Nous voulions lancer la nouvelle politique quand la pandémie a frappé, explique la porte-parole des restaurants Ryma Boussoufa par courriel. Nous continuons à évaluer quel sera le bon moment pour introduire les tasses de café réutilisables, dit-elle.

Les tasses réutilisables sécuritaires, selon des experts

La porte-parole de Greenpeace Canada, Coralie Barbier, croit que ce changement de politique pour les tasses réutilisables aurait pu arriver plus tôt. Plusieurs experts se sont déjà prononcés pour dire que c’était sécuritaire, tant que les règles d'hygiène de base sont respectées.

Du moment où on sait que c’est sécuritaire, les entreprises auraient dû bouger plus rapidement, constate-t-elle.

Coralie Barbier.

Coralie Barbier est la porte-parole de Greenpeace Canada.

Photo : Radio-Canada

En juin 2020, plus de 100 scientifiques et professionnels de la santé à travers le monde ont signé une lettre ouverte qui disait que les contenants et sacs réutilisables peuvent être employés en toute sécurité pendant la pandémie, pourvu que les règles sanitaires de base soient appliquées.

La lettre explique que la COVID-19 se propage surtout par les gouttelettes respiratoires de personnes infectées plutôt que par l'intermédiaire des surfaces infectées.

Et le spécialiste en maladies infectieuses Zain Chagla est d’accord avec les arguments invoqués dans la lettre, bien qu’il n’était pas un des signataires.

Une tasse est un objet à très faible risque, explique-t-il. Bien se laver les mains élimine complètement ce risque.

Les entreprises devraient-elles en faire plus?

Coralie Barbier de Greenpeace accueille bien le changement de politique de Starbucks, mais elle croit que les entreprises doivent en faire davantage.

Il faudrait que les entreprises fassent preuve de beaucoup plus d’ambition pour réduire leur empreinte plastique à la source. Il faut qu’elles donnent plus d’options réutilisables aux gens, souligne-t-elle.

Une possibilité pour les restaurants rapides serait un programme de consigne pour offrir des tasses et des contenants réutilisables, selon Coralie Barbier.

Le meilleur déchet, c’est celui qui n’existe pas. C'est le moment pour les entreprises d'investir dans des solutions réutilisables.

Une citation de :Coralie Barbier, porte-parole de Greenpeace

Tim Hortons compte mettre à l'essai un tel programme plus tard cette année. Il permettrait aux clients d'emprunter des tasses et contenants réutilisables.

Starbucks, pour sa part, a déjà un programme du genre dans d’autres pays, et prévoit de l’essayer au Canada.

Coralie Barbier affirme que ces programmes devraient entrer en vigueur rapidement et à grande échelle, bien que cela risque d’être difficile.

Passer aux contenants réutilisables, c’est un changement de culture, dit-elle. Il faut que les entreprises soutiennent les individus dans cet effort.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !