•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune requin a été aperçu en train de dévorer un phoque

La nageoire dorsale d'un requin fend la surface de l'eau

Le chercheur Fred Whoriskey, de l’Université Dalhousie, attribue la présence de grands requins blancs dans les eaux des Maritimes au bon état de l’écosystème du golfe du Saint-Laurent.

Photo : Neil Hammerschlag

La Presse canadienne

Un requin photographié pendant qu'il mastiquait vigoureusement une carcasse de phoque à plusieurs kilomètres des côtes du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, a été identifié par un biologiste marin comme un jeune grand requin blanc.

Biologiste marin à l'Université Dalhousie et directeur général du Ocean Tracking Network, Fred Whoriskey a affirmé qu'il s'est basé sur la forme du corps, la nageoire et la taille du requin, tous clairement visibles dans une vidéo amatrice filmée par des observateurs de baleine, pour confirmer son espèce.

Il y a quelques semaines, la GRC a confirmé qu'une femme âgée de 21 ans avait été blessée sévèrement dans une attaque de requin soupçonnée près de l'île Margaree, à l'ouest de Cap-Breton.

L'observation de cette semaine a été faite de l'autre côté de l'île.

Une carte qui montre les déplacements de requins blancs près des côtes de la Nouvelle-Écosse.

Ces points blancs et rouges montrent les déplacements au large de la Nouvelle-Écosse, en 2018, des deux grands requins blancs marqués par Pêches et Océans Canada.

Photo : Pêches et Océans Canada

Falyn Chiasson, qui a filmé la vidéo du requin, a affirmé en entrevue vendredi qu'il était à la fois excitant de voir l'animal dans son habitat et troublant de l'apercevoir en raison de la récente attaque soupçonnée.

La femme âgée de 28 ans affirme qu'elle croit que les gens de la région devraient faire preuve de vigilance à propos de leurs lieux de baignade et s'éduquer sur la présence potentielle de gros prédateurs sur la côte néo-écossaise.

Un indice d'une population en meilleure santé ?

Monsieur Whoriskey a indiqué qu'il n'y avait pas de consensus scientifique sur l'évolution de la population de grands requins blancs dans le nord-ouest de l'Atlantique, mais que certains signes indiquent l'arrivée de plus d'animaux dans la région, comme les signalements plus fréquents de jeunes requins par les scientifiques et le public.

Il a ajouté que l'espèce était considérée comme en voie de disparition au Canada et aux États-Unis, rendant la pêche du grand requin blanc illégale, ce qui a probablement aidé sa population à se rétablir dans les dernières décennies.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !