•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD veut alléger le fardeau financier des étudiants

Jagmeet Singh parle entouré de gens à l'extérieur.

Le chef du Nouveau parti démocratique Jagmeet Singh a fait un point de presse devant les locaux de l’Université Laurentienne à Sudbury.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Le chef du Nouveau parti démocratique (NPD) Jagmeet Singh a promis de s’attaquer à « la crise de la dette étudiante » et à se battre pour les programmes universitaires francophones hors Québec s’il devenait premier ministre, samedi, lors d’un arrêt de campagne à Sudbury, en Ontario.

Prenant la parole devant les locaux de l’Université Laurentienne, Jagmeet Singh a annoncé diverses mesures de son plan pour venir en aide aux étudiants canadiens.

Tout d’abord, il supprimerait les intérêts sur les prêts étudiants fédéraux. Ensuite, il allouerait un délai de cinq ans aux nouveaux diplômés avant de commencer à rembourser leur prêt étudiant fédéral après avoir terminé leurs études.

De plus, il annulerait jusqu’à 20 000 $ de dettes d’études. L’admissibilité à cette mesure serait basée sur le revenu de l’étudiant. Selon le parti, cette proposition effacerait 20 % de toutes les dettes étudiantes pendant la première année de ce programme et offrirait du soutien à 350 000 finissants.

De surcroît, il doublerait les subventions canadiennes non remboursables aux étudiants.

« Les jeunes ne devraient pas commencer leur vie sous une montagne de dettes. Au lieu d’aider à réduire les coûts, Justin Trudeau laisse les jeunes crouler sous des dettes étudiantes aussi grosses que des hypothèques. Et la pandémie n’a fait qu’empirer les choses, a déclaré le chef.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Dans son communiqué de presse, le parti indique que les étudiants canadiens ont payé plus de quatre milliards de dollars en intérêts pour leurs prêts sous le gouvernement Trudeau. Il ajoute que plus de la moitié des étudiants ont contracté une dette et que le prêt moyen avoisine les 28 000 $.

Lorsque les banques et les grandes compagnies ont demandé de l'aide, Justin Trudeau leur a envoyé des milliards de dollars sans aucune condition. Un premier ministre doit lutter contre l’augmentation de la dette étudiante au lieu d’en tirer profit.

Une citation de :Jagmeet Singh, chef du NPD

M. Singh compte financer son plan à partir des revenus générés par sa taxe sur la fortune. Les néo-démocrates vont s’assurer que les ultra-riches paient leur juste part pour investir dans les étudiants, pour bâtir un meilleur avenir, a-t-il expliqué.

Protéger les institutions francophones

De plus, le leader du NPD a dit qu’il viendrait en aide à l’Université Laurentienne, située à Sudbury, qui est bilingue. L’institution a récemment dû annoncer des coupures dans ses programmes francophones. Le chef dit que ça n’aurait pas dû arriver.

Nous sommes déterminés à rebâtir l’Université Laurentienne aux côtés des communautés autochtones et francophones, affirme le NPD.

Du même souffle, M. Singh dit vouloir protéger et investir dans les programmes universitaires francophones à l’extérieur du Québec. Il a reconnu que l’accès à ces services est souvent difficile, que le Canada est un pays bilingue et que que l'on doit remédier à la situation.

« C’est essentiel de souligner à quel point c’est difficile pour les francophones hors Québec d'avoir accès aux services en français. Comment c’est difficile d’avoir accès à un haut niveau d’éducation en français. C’est pourquoi on va défendre les institutions comme l’Université Laurentienne. On va investir dans ces institutions », a assuré le leader.

On a un mandat au niveau fédéral de protéger le bilinguisme. On doit le faire. Les néo-démocrates allons le faire, a-t-il promis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !