•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cas actifs de COVID-19 ont fait un bond de 400 % en août en Estrie

Même si plus de 75 % des Estriens sont vaccinés, le nombre de cas actifs de COVID-19 demeure plus élevé à l'approche de la rentrée 2021 que celle de 2020.

Une étudiante, de dos, marche vers l'entrée de son cégep.

Alors que les élèves prennent le chemin de l'école, le nombre de nouveaux cas de COVID-19 continue d'augmenter en Estrie.

Photo : Radio-Canada

En moins d'un mois, le nombre de cas actifs a augmenté de 400 % en Estrie, passant de 39 cas le 1er août à 196 cas le 27 août.

C'est dans les deux dernières semaines qu'on a vu une nette progression, note la Dre Geneviève Petit, spécialiste en santé publique au CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Cette augmentation qu'on constate également à l'échelle du Québec a convaincu le gouvernement d'imposer des mesures plus strictes que prévu aux écoliers qui retournent en classe ces jours-ci, dont le port du masque en classe en Estrie et dans le Centre-du-Québec.

Les cas de COVID-19 augmentent plus vite en 2021.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Source : INSPQ

Photo : Radio-Canada

En jetant un coup d'oeil à l'évolution de la pandémie, on constate d'ailleurs que les cas actifs semblent augmenter plus rapidement en cette fin d'août, comparativement à pareille date l'an dernier. Alors qu'il avait fallu un mois et demi pour passer d'une quarantaine de cas à près de 200 en 2020, cette hausse s'est opérée en seulement deux semaines cette année.

Le variant Delta, plus contagieux, pourrait constituer l'une des pistes expliquant cette hausse rapide, en dépit du fait que des milliers d'Estriens sont immunisés contre ce virus cette année.

Avec la rentrée scolaire, on s'attend à une augmentation des contacts sociaux. Est-ce que ça va se transmettre en augmentation des cas ? On souhaite que non.

Une citation de :Geneviève Petit, spécialiste en santé publique

En 2020, la rentrée avait coïncidé avec une augmentation des cas de COVID-19 en Estrie. À la fin octobre 2020, plus de 300 cas actifs étaient recensés.

Cette année, la présence du variant Delta et l'allègement de certaines mesures sanitaires incite les experts de la santé publique à surveiller l'évolution des nouveaux cas de près.

On voit la montée des cas à l'échelle du Québec, c'est ce qu'on veut éviter d'avoir une augmentation des hospitalisations et des décès.Ça va rester un élément de vigilance important des prochaines semaines, de voir l'évolution des hospitalisations ici comme ailleurs au Québec, souligne Geneviève Petit.

Hospitalisations plus élevées en 2021

Si les cas augmentent plus rapidement en 2021, ils ont aussi entraîné plus d'hospitalisations tout au long de l'été. À la fin août 2020, seulement une personne était admise à l'hôpital pour traiter la COVID-19. Cette année, ce nombre grimpe à six à pareille date.

Les hospitalisations sont plus élevées en 2021 qu'en 2020.

Source: INSPQ

Photo : Radio-Canada

Selon la santé publique en Estrie, ce sont uniquement des personnes non adéquatement vaccinées qui sont admises dans les unités de soins de la COVID-19.

Même si plus de 75 % de la population a été vaccinée, cela signifie qu'il reste plus de 100 000 personnes qui ne sont toujours pas protégées contre le virus en Estrie.

Le Dr Yannick Poulin, pneumologue intensiviste du CIUSSS de l'Estrie - CHUS, estime que la 4e vague du virus sera essentiellement composée de personnes n'ayant pas été vaccinées. Il craint d'ailleurs pour le système de santé qui risque d'être mis à mal si les hospitalisations venaient à augmenter de façon significative.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !