•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tragédie des motoneigistes : le rapport de la coroner accueilli favorablement

Une femme est assise à une table.

La coroner Jessica Tremblay a présenté son rapport devant les médias, vendredi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Le rapport sur la mort de six motoneigistes au Lac-Saint-Jean, en janvier 2020, a été accueilli avec soulagement par les acteurs de l’industrie et par la communauté locale qui saluent les conclusions émises par la coroner.

Le maire de Saint-Henri-de-Taillon, André Paradis, qui est lui-même motoneigiste, s’était rendu sur place dans les heures suivant l’accident pour participer aux recherches. Il craignait que l’entretien des sentiers soit montré du doigt dans le rapport, ce qui n’a pas été le cas au final.

André Paradis accorde une entrevue.

Le maire de Saint-Henri-de-Taillon, André Paradis, en entrevue

Photo : Radio-Canada

Ce sont des bénévoles qui tiennent les sentiers à bout de bras, je suis content de voir que l’entretien des sentiers n’est pas la cause, ni l’affichage régulier des sentiers non plus. On parle d’ajouter des affiches pour dire aux gens de ne pas quitter le sentier, car c’est là que c’est le plus sécuritaire, a réagi le maire sortant.

Pour le président du Club de motoneigistes Lac-Saint-Jean, Daniel Simard, les recommandations formulées aideront à éviter que d’autres tragédies semblables surviennent dans l’avenir.

Les recommandations qui sont données, je pense que ça va améliorer encore la sécurité liée aux risques d’accident, mais je pense qu'au final, on n’a pas vraiment de problème au plan de la sécurité qui était là. Ils ont suivi des traces qu’ils n’auraient pas dû suivre et on connaît le résultat que ça a donné, a-t-il déclaré.

Daniel Simard soutient qu’il s'assurera personnellement que de nouveaux panneaux de signalisation seront installés le long des sentiers avant le début de la prochaine saison.

Il y a plusieurs endroits où les sentiers bordent les lacs et probablement dans d’autres secteurs pour sécuriser les motoneigistes […] On va s’assurer que ce soit fait.

Une formation obligatoire dès décembre, rappelle la ministre

Invitée à réagir au dépôt du rapport, la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, a rappelé que le gouvernement a mis en place des mesures depuis l’accident, dont l’adoption du projet de loi 71, qui obligera les guides d’excursion en véhicules hors route à suivre une formation obligatoire reconnue par le ministère à partir du 31 décembre 2021.

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, participe à une conférence de presse.

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

La coroner a d’ailleurs souligné cet aspect dans son document parmi les enjeux soulevés pour ce type d’activité.

La ministre a également évoqué l’importance pour les motoneigistes de circuler sur les sentiers balisés. Elle estime qu’une sensibilisation permanente doit être faite afin que le message soit bien entendu.

Tout le monde doit continuer de marteler le message qu'il faut absolument rester dans les sentiers balisés partout. Au Québec, il y a près de 33 000 sentiers balisés et j’ai encore de la difficulté à m’expliquer pourquoi on sort de ces sentiers.

Avec des informations d'Annie-Claude Brisson et de Laurie Gobeil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !