•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Muskrat Falls : O'Toole compte respecter l'entente conclue par les libéraux

Vue aérienne du site.

La facture du projet hydroélectrique de Muskrat Falls a doublé, passant de 6,2 milliards en 2012 à plus de 13 milliards.

Photo : Nalcor

Après avoir tenté d'éluder la question du financement de Muskrat Falls, le chef du Parti conservateur, Erin O'Toole, s'est finalement engagé à respecter l'entente de 5,2 milliards de dollars conclue entre Terre-Neuve-et-Labrador et le gouvernement Trudeau.

Le chef conservateur, dont la caravane s'est arrêtée vendredi à Terre-Neuve, a clarifié sa position en après-midi, peu de temps après avoir offert une réponse pour le moins évasive en point de presse.

Quand on lui a demandé s'il comptait abandonner l'accord conclu entre Ottawa et le gouvernement d'Andrew Furey à la fin de juillet pour éponger la hausse anticipée des tarifs d'électricité au moment de la mise en marche de la mégacentrale, Erin O'Toole a fait dévier la question vers les investissements que son parti entend faire pour développer les ressources naturelles de la province.

Les entreprises qui ont besoin d'avoir la certitude qu'elles peuvent compter sur de [bons] tarifs d'électricité, elles ont aussi besoin de nouveaux emplois et d'investissements provenant de l'industrie extracôtière. Nous allons donc investir 1,5 milliard de dollars pour relancer [cette] industrie, ici, à Terre-Neuve-et-Labrador, a-t-il répondu.

Bien que relancé par une journaliste, le chef conservateur n'a pas voulu détailler sa position concernant Muskrat Falls.

Dans une déclaration fournie à la suite du point de presse, M. O'Toole s'est toutefois engagé à honorer l'accord de 5,2 milliards de dollars – dont 2 milliards doivent provenir d'Ottawa – s'il devait être élu le 20 septembre.

Nous allons aussi créer des emplois et permettre de relancer l’économie de Terre-Neuve-et-Labrador en soutenant l’industrie extracôtière – un contraste frappant avec les autres partis, qui ont clairement indiqué qu’ils voulaient mettre un terme aux activités de cette industrie, a-t-il réitéré par communiqué.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

« Un éléphant blanc » créé pour nuire au Québec, dit le Bloc

L'appui d'Erin O'Toole à ce controversé projet hydroélectrique, qui a accumulé les retards depuis son annonce et vu sa facture gonfler de 77 %, a été décrié par le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

De passage à La Baie, au Saguenay, pour dénoncer la Stratégie canadienne pour l’hydrogène du gouvernement libéral, M. Blanchet a jugé l'engagement du chef conservateur aussi choquant que révélateur.

Après avoir annoncé son intention de saborder le programme de subvention des garderies développé par les libéraux pour le remplacer par un crédit d'impôt aux familles – ce qui coûterait 6 milliards de dollars à l’État québécois –, le chef conservateur s'empresse de promettre 5 milliards de dollars pour un projet créé pour nuire au Québec, a dénoncé M. Blanchet.

« Vous ne prenez même pas le temps de prendre une deuxième respiration et vous annoncez que vous avez 5 milliards pour un projet qui est un éléphant blanc, qui a été […] créé dans le but de compétitionner [avec] Hydro-Québec. »

— Une citation de  Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Le chef bloquiste avait déjà avancé l'argument de la concurrence déloyale lorsque l'entente de 5,2 milliards de dollars avait été conclue.

La Fédération canadienne des contribuables avait elle aussi déploré le fait qu'Ottawa se porte au secours de Muskrat Falls, soutenant que cette aide coûterait très cher aux Canadiens.

Le premier ministre Justin Trudeau avait soutenu que l'accord visait à assurer la viabilité financière du projet d'hydroélectricité de 824 mégawatts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !