•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crimes à caractère sexuel : 9 ans de pénitencier pour Maurice Nadeau

Un homme descend les marches du palais de justice de Rouyn-Noranda.

Maurice Nadeau à sa sortie du palais de justice de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Annie-Claude Luneau

Reconnu coupable de 10 chefs d’accusation à caractère sexuel, Maurice Nadeau est condamné à 9 ans de prison.

La juge Marie-Claude Bélanger a rendu sa sentence vendredi après-midi au Palais de justice de Rouyn-Noranda.

Elle a insisté sur la gravité des gestes posés par Monsieur Nadeau sur deux victimes d’âge mineur sur une période de cinq ans et sur les conséquences que ces gestes ont eues sur les victimes.

Elle a qualifié le degré de responsabilité de l’accusé de très élevé, en rappelant qu’il a profité de la vulnérabilité des victimes, en plus de les manipuler pour éviter une dénonciation.

Maurice Nadeau nie toujours les faits et a d’ailleurs porté sa cause en appel.

L’absence de remords ou d’empathie pour les victimes a été retenue comme facteur aggravant par le tribunal.

En plus d’une peine de neuf ans d’emprisonnement, Maurice Nadeau devra fournir un échantillon d’ADN et être inscrit au registre des délinquants sexuels à perpétuité.

Il lui sera aussi interdit d’entrer en contact directement ou indirectement avec les victimes.

La juge a aussi imposé d’autres conditions pour une durée de cinq ans suivant la libération de M. Nadeau, soit de ne pas se trouver dans un parc public, sur le terrain d’une garderie ou tout autre lieu fréquenté par des enfants; de ne pas se trouver à moins de deux kilomètres de la résidence des victimes; de ne pas occuper un emploi où il serait en contact avec des personnes de moins de 16 ans et de ne pas communiquer avec des enfants sans la présence d’un adulte.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.