•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Devrait-on espacer les élections municipales et les élections provinciales?

Le directeur général des élections à Élections Saskatchewan, Michael Boda

Michael Boda est le directeur général des élections à Élections Saskatchewan. Il croit que les élections devraient être espacées.

Photo : CBC

Radio-Canada

Selon le directeur général des élections de la Saskatchewan, Michael Boda, la courte période qui s’est écoulée entre les élections municipales et les élections provinciales de l’an dernier a créé de la confusion chez les électeurs.

Dans un rapport publié mercredi, le directeur général des élections laisse entendre qu’il y a suffisamment de temps pour s’attaquer au problème avant les prochaines élections provinciales et municipales, prévues respectivement pour les 28 octobre 2024 et 13  novembre 2024.

Dans un communiqué de presse publié par Elections Saskatchewan, Michael Boda déclare avoir amené la question à l’attention des législateurs afin de trouver une piste de solution.

Il rappelle qu’une disposition de la Loi sur l’Assemblée législative permet déjà de déplacer des élections provinciales qui chevauchent des élections fédérales.

Toujours selon M. Boda, lorsque la disposition a été présentée, le ministre de la Justice de l’époque, Don Morgan, a déclaré qu’un chevauchement des élections fédérales et provinciales pourrait créer une confusion inacceptable au sein de l’électorat, ce qui pourrait miner le processus démocratique pour chacune des campagnes fédérales et provinciales.

Des électeurs confus

Sur les ondes de CBC jeudi, Michael Boda a déclaré que les données qu’il avait recueillies démontrent que les électeurs ont éprouvé la même confusion lorsqu’il s’agissait de voter l’automne dernier.

Après les deux votes à l’automne 2020, Elections Saskatchewan et le Canadian Hub for Applied Social Research (CHASR) se sont associés pour mener un sondage téléphonique aléatoire auprès des électeurs et des abstentionnistes de la province.

Cet échantillon comprenait 2120 électeurs et 280 abstentionnistes, ce qui a produit une marge d’erreur de plus ou moins 2 %.

Plus de la moitié [des personnes interrogées] croient que ces élections ne devraient pas être si proches les unes des autres, et plus de la moitié ont préconisé au moins une saison d'écart entre les deux élections.

Une citation de :Michael Boda, directeur général des élections de la Saskatchewan

Vingt-et-un pour cent des répondants ne savaient pas si un candidat se présentait aux élections provinciales ou municipales, ajoute-t-il.

Il a aussi constaté que les campagnes presque simultanées signifiaient que certains enjeux électoraux dérivaient entre les deux, de sorte qu’environ 20 % des personnes interrogées ne savaient pas trop quels enjeux relevaient de la compétence provinciale ou fédérale.

Il explique également que 14 %des personnes interrogées ne savaient pas où déposer leur bulletin de vote pour les deux élections.

Michael Boda debout devant deux personnes assises devant une urne.

Le directeur général des élections de la Saskatchewan, Michael Boda, supervisait le dépouillement des bulletins de vote par correspondance le 28 octobre 2020, à la suite du scrutin du 26 octobre 2020.

Photo : Élections Saskatchewan

Trop de proximité avec les élections américaines?

Un autre sujet qui pourrait causer à nouveau de la confusion en 2024 : l’élection fédérale aux États-Unis, prévue le 5 novembre de la même année, entre les élections provinciales et municipales en Saskatchewan.

Les médias seront probablement encore une fois saturés de nouvelles électorales et de publicités politiques d’un autre type, indique le rapport.

Un examen de la première page du Leader-Post de Regina des jours suivant les élections provinciales de 2020 montre peu de couverture du vote municipal à venir, la couverture étant plutôt axée sur l’élection présidentielle aux États-Unis et le nouveau gouvernement provincial , explique M. Boda.

Compte tenu du nombre d’élections et de leur proximité les unes par rapport aux autres, le directeur mentionne la fatigue électorale globale comme un problème potentiel en 2024.

Les élections de l’an dernier ont également été difficiles en raison des conditions météorologiques saisonnières, puisque les élections municipales de l’an dernier ont coïncidé avec l’arrivée d’une chute record de neige.

Un amas de neige dans les rues de Saskatoon.

Lors des élections en automne 2020, les rues de Regina comme celles de Saskatoon (sur la photo) ont connu un amas de neige rendant le déplacement des électeurs difficile.

Photo : La Presse canadienne / Kayle Neis

Des élections au printemps 

Michael Boda propose de déplacer le vote municipal et le vote pour les préfets et les divisions impaires des municipalités rurales au 8 mai 2024 .

Il décrit cette décision comme un changement relativement simple sur les plans législatif et administratif, bien qu’il reconnaisse qu’un vote au printemps pourrait présenter des défis pour les municipalités rurales en raison des semailles.

Par ailleurs, il suggère que les votes des municipalités rurales se déroulent en octobre, comme prévu. Ainsi, le chevauchement entre les élections provinciales et les élections municipales rurales pourrait être géré plus facilement.

Selon une déclaration du ministère des Relations gouvernementales, les fonctionnaires examineront le rapport du directeur général des élections au cours des prochains jours et des prochaines semaines.

Toujours selon la déclaration, ces suggestions seraient prises en compte au moment de l’examen de la loi électorale locale. Advenant l’approbation des changements proposés, le Ministère communiquera avec les municipalités avant que ces changements ne soient finalisés.

D’après les informations de Bryan Eneas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !