•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les harmonies et orchestres du Québec dans un angle mort sanitaire

Des gens marchent en file indienne en tenant leur instrument dans leurs mains.

Des musiciens et musiciennes participent au Festival des harmonies de Sherbrooke, avant la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Radio-Canada

Plongés dans l’incertitude depuis le début de la pandémie, les orchestres et les harmonies du Québec estiment se trouver dans un angle mort sanitaire. Alors que des ensembles musicaux n’ont pu se réunir pour jouer depuis un an et demi, ils réclament plus de précisions quant à la pratique musicale amateur.

Les membres de la Fédération des harmonies et des orchestres symphoniques du Québec (FHOSQ) piaffent d’impatience à l’idée de recommencer leurs activités. Mais les ensembles musicaux ne connaissent toujours pas les normes sanitaires applicables à leur pratique en ce qui concerne le passeport vaccinal, selon Josée Crête, présidente de la FHOSQ.

« On n’est ni dans les inclusions ni dans les exclusions [du passeport vaccinal], explique-t-elle en entrevue avec la chroniqueuse culturelle Catherine Richer, de l’émission Le 15-18. Donc la distanciation doit être respectée, selon les informations qu’on a reçues : deux mètres pour les vents et un mètre et demi pour les cordes et percussions. Mais dans la population en général, on peut être à un mètre. Il y a une espèce d’incongruité. »

Un lutrin, une partition et une chorale en arrière-plan.

Certains groupes d'harmonies, de chorales ou d'orchestres sont à l'arrêt depuis le début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / ICI Musique

Des lettres envoyées aux autorités

De concert avec la Fédération des associations de musiciens éducateurs du Québec (FAMEQ), la FHOSQ a envoyé la semaine dernière une lettre au ministère de la Culture et des Communications et au ministère de l’Éducation afin d’exprimer leurs doléances. Les deux fédérations réclament plus de clarifications à propos de la pratique musicale, notamment sur les formations d’harmonies et d’orchestres et pour l’enseignement de la musique individualisé.

L’organisme de loisir culturel indique que ses harmonies et ses orchestres sont toujours soumis à une limite de 25 personnes à l’intérieur. Ce chiffre ne correspond pas à la réalité d’une grande majorité d’ensembles musicaux, souvent plus nombreux. De plus, les locaux assez spacieux pour respecter une distance de 2 mètres entre les instrumentistes sont rares et dispendieux, entre autres pour les ensembles communautaires ou parascolaires.

Les membres d'une chorale sont placés à deux mètres les uns des autres dans une église des Îles-de-la-Madeleine.

Les membres de la chorale Les Voix du Havre dans l'église de Havre-aux-Maisons, aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Dereck Doherty

Vendredi, l'Orchestre symphonique des jeunes de Sherbrooke a envoyé une lettre à plusieurs ministres, dont la ministre de la Culture et des Communications Nathalie Roy, pour exprimer également le besoin d'avoir des règles claires pour encadre la pratique de la musique en présentiel.

Les plateformes virtuelles ne peuvent remplacer la pratique orchestrale collective dans un même lieu, essentielle au développement de l’amour de la musique, de la discipline, de l’esprit de corps et du goût du dépassement, a écrit l'organisation dans cette lettre.

En raison de la dextérité qu’exige la pratique d’un instrument, un arrêt trop prolongé de la pratique instrumentale entraîne des retards et même des reculs qui risquent d’être impossibles à rattraper et de décourager la relève musicale, a-t-elle ajouté.

Dur pour le moral des musiciens et musiciennes

Les ensembles musicaux de la FHOSQ sont à l’arrêt depuis presque un an et demi et le milieu est découragé, selon François-Olivier Loignon, directeur musical de l’Harmonie de la relève de la capitale et de l’Ensemble philharmonique de la capitale. 

Depuis un an, on suit l’évolution des mesures sanitaires, on collabore le plus possible et on attend notre tour, explique-t-il. On fait des plans de relance si on nous donne l’autorisation. Ça fait au moins 4 plans de relance qu’on fait, mais rien ne change pour les orchestres. Dans mes conseils d’administration, la motivation est à zéro. Nos musiciens attendent depuis un an de savoir ce qui se passe avec l’orchestre et si ça va recommencer.

François-Olivier Loignon est également finissant à la maîtrise en direction d’orchestre et le contexte sanitaire a une incidence importante sur ses études. Le récital obligatoire qu’il a composé pour un orchestre de 55 instrumentistes qu’il a lui-même recruté ne peut aller de l’avant.

Tous mes cours de maîtrise sont faits, mais la seule chose qui m’empêche de graduer, c’est de faire un récital. Ça fait deux ans que je suis dans les limbes pour pouvoir graduer.

Une citation de :François-Olivier Loignon

Cette incertitude a poussé plusieurs membres des deux orchestres dirigés par François-Olivier Loignon à tout simplement quitter le bateau. La situation devient même critique pour certains ensembles moins nantis et pour ceux qui dépendent des concerts pour financer leurs activités. 

« Certains groupes ont carrément décidé d’annuler leur saison l’an passé, dit Josée Crête. On veut que ça reprenne parce que deux ans de suite sans jouer, c’est problématique pour des ensembles. C’est démotivant de ne pas jouer en groupe lorsqu’on est seul à la maison. Il faut que nos groupes pratiquent cette année. »

Les musiciens suivent leur partition du Concerto en do majeur de Haydn.

Les ensembles musicaux sont toujours soumis à une limite de 25 personnes à l'intérieur.

Photo : Radio-Canada / Vanessa Limage

Si le passeport sanitaire balisera les activités parascolaires et sportives dès le 1er septembre, les orchestres, harmonies et chorales semblent avoir été omis dans la réglementation de la santé publique. Le flou persiste aussi entourant les ensembles composés d’adultes, selon la présidente Josée Crête. 

Officiellement, la FHOSQ n’a pas sondé ses 11 000 membres à propos du passeport vaccinal, mais la présidente de la fédération est d’avis que son application les sécuriserait probablement dans le cadre des répétitions et des concerts. La fédération dit s’attendre à recevoir des réponses imminentes du gouvernement à propos de l’encadrement de la pratique du loisir culturel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !