•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Front commun pour une décentralisation des soins de santé au Québec

Des membres du personnel d'un hôpital transportent un patient sur une civière.

Le Regroupement québécois de médecins pour la décentralisation du système de santé milite pour la décentralisation des soins de santé afin d'offrir de meilleurs services aux patients (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Inquiétés par l'arrivée de la quatrième vague de COVID-19, 800 médecins et des élus municipaux du Québec lancent un appel au gouvernement Legault. Ils réclament la décentralisation des soins de santé dans la province.

Le Regroupement québécois de médecins pour la décentralisation du système de santé (RQMDSS) milite pour le retour d'une gestion de proximité dans les établissements de santé.

Aux yeux de son président, le Dr Daniel Kaud, c'est la solution pour faire face à plusieurs défis vécus dans le système de santé et une manière d'assurer de meilleurs soins aux patients.

Chaque centre hospitalier mérite d'avoir une gouvernance proche de leurs patients et des communautés, croit-il.

Au total, 54 municipalités de la province ont joint leur voix au RQMDSS.

Que ce soit une simple verrue sur un pied ou une maman qui attend d'accoucher, ça embête les familles. Il y a des gens qui doivent se réorganiser pour les déplacements, raconte celui qui a lancé l'offensive, le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

Les maires et mairesses de Magog, Baie-Comeau, Pontiac et Matane, pour ne nommer que celles-ci, se sont également joints au mouvement.

On ne veut pas faire des greffes de visages à Sorel-Tracy. Tout ce qu'on veut, ce sont des services qu'on est en droit de recevoir en toute équité.

La Dre Marie-Claude Blouin, chirurgienne ophtalmologiste à l'Hôtel-Dieu de Sorel, dit elle aussi payer les frais de la centralisation des services. Un simple pépin informatique, soutient-elle, l'oblige à contacter les autorités de son CISSS et les délais sont plus longs.

« Pour régler des problèmes localement, ça prend des dirigeants locaux qui sont sur le terrain. »

— Une citation de  Marie-Claude Blouin, chirurgienne ophtalmologiste à l'Hôtel-Dieu de Sorel

Essoufflement du personnel de la santé

Selon le Dr Daniel Kaud, la gestion centralisée contribue à la pénurie de personnel, aux urgences qui débordent et à la démotivation du personnel.

Sur le terrain, la Dr Marie-Claude Blouin le constate aussi. On voit un sentiment de démobilisation. Quand on ne peut plus s'exprimer, qu'on a un problème, mais personne à qui en parler, il y a une perte du sentiment d'appartenance […] C'est là que des gens quittent le navire, explique-t-elle.

Le RQMDSS souhaiterait la mise en place d'une gouvernance locale dans chaque établissement de santé, avec un directeur général, une direction des services professionnels et une table de chefs de départements, notamment.

Une rencontre a eu lieu au début de l'été entre le RQMDSS et le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Le MSSS se dit ouvert à favoriser la gestion de proximité et affirme que les discussions se poursuivent. De son côté, le RQMDSS dit sentir la volonté du MSSS de vouloir changer les choses.

Avec les informations de Kim Vermette et Samuel Rancourt

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !