•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Erin O'Toole veut lui aussi bonifier l'assurance-emploi en cas de maladie grave

Portrait d'Erin O'Toole en train de parler en conférence de presse.

Erin O’Toole, chef du Parti conservateur, était de passage à Corner Brook, à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Après le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique, c'est au tour du Parti conservateur de proposer d'allonger la période durant laquelle les travailleurs peuvent recevoir des prestations de l’assurance-emploi en cas de maladie grave.

Erin O’Toole s'est engagé, s'il est porté au pouvoir, à faire passer à 52 semaines les prestations d’assurance-emploi pour les travailleurs gravement malades.

Un maximum de 26 semaines, comme proposé par les libéraux, c’est peut-être assez pour plusieurs maladies, mais ça ne l’est pas pour des maladies graves comme le cancer, a déclaré M. O'Toole lors d'un point de presse vendredi matin.

Nous allons nous assurer que les travailleurs qui sont malades reçoivent le soutien dont ils ont besoin pour se remettre sur pied, a-t-il indiqué, précisant que ces derniers devaient pouvoir se concentrer sur leur santé et leur famille, et non s'inquiéter de pouvoir mettre de la nourriture sur la table.

Seuls les conservateurs vont agir pour améliorer les congés de maladie payés, a aussi déclaré le chef conservateur. Or, le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique travaillent à ce dossier depuis plusieurs mois déjà.

Présentement, l’assurance-emploi offre toujours 15 semaines d’aide financière en cas de maladie. La prestation s'élève à 55 % du salaire du travailleur malade, jusqu'à un maximum de 595 $ par semaine.

Le Bloc a présenté une motion en février 2020 pour faire passer de 15 à 50 le nombre de semaines couvertes par le régime d'assurance-emploi en cas de maladie grave. Tous les partis ont voté en faveur. Le Bloc a ensuite déposé son projet de loi « Émilie Sansfaçon » un an plus tard, soit en février dernier.

Justin Trudeau s'est engagé à allonger la période couverte de 15 à 26 semaines, mais cette modification n'a toutefois pas été apportée avant le déclenchement des élections. Et elle a été dénoncée par tous les partis d'opposition comme étant trop modeste.

Consultez notre dossier sur les élections fédérales 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !