•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mouvement Annulez la fête du Canada influencera-t-il l'électorat autochtone?

Des centaines de personnes dans une rue portant des chemises orange.

Le 1er juillet dernier, des milliers de personnes ont défilé dans les rues de plusieurs villes canadiennes en hommage aux milliers d'enfants qui ont péri dans les pensionnats pour Autochtones.

Photo : Radio-Canada / Andrew Friesen

Radio-Canada

Des personnes issues de Premières Nations souhaitent que le mouvement Cancel Canada Day (« Annulez la fête du Canada ») pousse des Autochtones à voter en grand nombre lors des prochaines élections fédérales.

De nombreuses célébrations de la fête nationale ont laissé place à des commémorations en mémoire des milliers d'enfants qui ont péri dans les pensionnats pour Autochtones au Canada.

Selon une participante de la marche du 1er juillet à Winnipeg, Tara Martinez, cette élection fédérale est la plus importante pour les membres de Premières Nations, les Métis et les Inuit de toute sa vie.

Vous ne pouvez plus nous ignorer. Nous sommes là. Et quand nous votons, nous pouvons changer le résultat, lance la membre de la Première Nation Little Saskatchewan, au Manitoba.

Tara Martinez affirme que le mouvement Annulez la fête du Canada a alimenté un sentiment d’urgence. Je crois qu’Annulez la fête du Canada a mis en lumière des problèmes qui ont été ignorés pendant trop longtemps, déclare-t-elle.

Selon le professeur de sciences politiques à l’Université du Manitoba et spécialiste en politique et gouvernance autochtone, Réal Carrière, le choix de voter ou non requiert toute une réflexion pour certaines personnes issues de Premières Nations.

Est-ce que ça veut dire que je renonce à mon autodétermination et que je participe à l’État colonial qui élimine activement mon peuple? Ou est-ce que cela veut dire que, malgré le génocide en cours, je veux participer afin d'envoyer un message aux candidats?, explique-t-il.

Le membre de la Nation crie de Cumberland House, située en Saskatchewan, est curieux de découvrir quelle incidence le mouvement Annulez la fête du Canada aura sur le vote de l’électorat autochtone.

Pour la cofondatrice de l’organisme d’information et de défense des droits à Winnipeg Fearless R2W, Mary Burton, le droit de vote n’est pas un droit que l’on peut rejeter.

On doit voter, car [nos ancêtres] se sont battus longuement et férocement pour cela.

Une citation de :Mary Burton, cofondatrice de Fearless R2W

La femme originaire de la Nation crie de Norway House espère que le mouvement Annulez la fête du Canada accroîtra la participation des électeurs autochtones à travers le pays.

C’est un système colonial, mais c’est le système qu’on a pour le moment, dit-elle. Le système autochtone que nous essayons de ramener n'est pas encore là et voter, c’est la seule façon que nous avons de nous battre et d’obtenir ce que nous voulons.

C’est en 1960 que les membres de Premières Nations ont acquis le droit de vote inconditionnel au Canada. Avant, ils devaient renoncer à leur statut en vertu de la Loi sur les Indiens au Canada afin de pouvoir voter.

Avec les informations de Sam Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !