•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Passeport vaccinal : Doug Ford acculé au mur

Le refus du premier ministre ontarien d'exiger une preuve vaccinale pour certains services non essentiels pourrait avoir des répercussions sur sa crédibilité.

Une femme au restaurant affiche un code QR sur l'écran de son téléphone qui certifie sa vaccination contre la COVID-19.

Contrairement au Québec, l'Ontario ne compte pas mettre en place un passeport vaccinal.

Photo : iStock

« Nous ne le ferons pas ». C'était le 15 juillet. Un non catégorique. Doug Ford fermait la porte à la mise en place d'un passeport vaccinal, alors que des provinces commençaient à pencher en faveur d'un tel système. Six semaines plus tard, son gouvernement ne fléchit pas, mais la pression s'accentue pour qu'il impose à son tour une preuve uniforme de vaccination partout en Ontario.

Jour après jour, l'étau se resserre autour du gouvernement Ford; les progressistes-conservateurs sont de plus en plus isolés. Le Manitoba, la Colombie-Britannique et le Québec ont tous annoncé l'arrivée imminente du passeport vaccinal, un nouveau sésame donnant accès aux salles de sport, aux restaurants ou encore à des concerts et festivals.

Une application qui confirme la vaccination sur un téléphone intelligent.

L'application mobile VaxiCode est disponible au Québec et téléchargeable depuis le 25 août.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Les porte-parole du premier ministre ont beau répéter que les Ontariens possèdent déjà une preuve électronique, le fardeau repose actuellement sur les entrepreneurs.

Ils ont le champ libre pour exiger ou non une preuve de vaccination à leur clientèle, mais hors de question pour le gouvernement Ford d'uniformiser le processus ou de le rendre obligatoire.

Déjà, certains restaurants favorables à la vérification du statut vaccinal des clients ont été ciblés par les manifestants antivaccin. L'absence d'une directive de la part du gouvernement est en train de créer un far west dans la province.

« Non, nous ne le ferons pas. Nous n'allons pas diviser la société. »

— Une citation de  Doug Ford, premier ministre de l'Ontario, en conférence de presse le 15 juillet 2021

Doug Ford semble vouloir ignorer le consensus grandissant parmi les experts en santé publique en faveur de la preuve vaccinale. Les bureaux régionaux se mobilisent même pour lancer leur propre système si le laxisme de la province perdure. Le Dr Lawrence Loh, responsable de la région de Peel, confiait cette semaine explorer les possibilités à l'échelle locale en raison de l'absence d'une directive provinciale. Des consultations entre les différents bureaux de santé locaux sont d'ailleurs en cours. Une rébellion sanitaire semble se préparer.

Le médecin hygiéniste de la région de Peel, le Dr Lawrence Loh, se prépare à  participer à une activité de vaccination de masse à Mississauga, en mai.

Le Dr Lawrence Loh rappelle que le variant Delta constitue une menace.

Photo : CBC / Evan Mitsui

Malgré ce qui semble être un front commun des bureaux de santé publique, l'Ontario pourrait se diriger vers un casse-tête logistique. Imaginez un instant si différentes applications sont déployées dans différentes régions, selon différents échéanciers. Le désordre est assuré, ce qui laisse croire que cette solution régionale n'est probablement pas viable à long terme.

Les partis d'opposition ne manquent pas non plus de souligner l'entêtement et l'intransigeance de Doug Ford sur la question. Néo-démocrates, libéraux et verts ont tous fait du passeport vaccinal leur nouveau cheval de bataille. Chacun à leur tour, ils demandent au premier ministre de cesser de se traîner les pieds et de revenir sur sa décision.

« C'est une autre abdication de responsabilité à un moment où l'Ontario a besoin d'orientation. »

— Une citation de  Mike Schreiner, député vert

Le chef libéral a d'ailleurs convié ses homologues de l'opposition ainsi que le premier ministre à un sommet virtuel la semaine prochaine. Un moyen pour Steven Del Duca d'augmenter la pression sur Doug Ford et son équipe.

Rappelons que le premier ministre a plusieurs fois changé d'idée depuis le début de la pandémie. Récemment, il avait garanti que la vaccination ne serait obligatoire pour personne dans sa province, avant de changer son fusil d'épaule. L'enjeu du passeport vaccinal entraînera-t-il une autre volte-face de Doug Ford? C'est en tout cas la prédiction du Dr Paul Roumeliotis, qui est à la tête de l'Association des agences locales de santé publique de l'Ontario.

Doug Ford en éclipse totale

L'enjeu du passeport vaccinal a monopolisé l'actualité dans la dernière semaine. Or, Doug Ford n'a pas une seule fois été disponible pour commenter le débat. En fait, le premier ministre évite les journalistes depuis le 30 juillet, date à laquelle il a fait son dernier point de presse.

Doug Ford a dévoilé les plans de revitalisation de la Place de l'Ontario lors d'un point de presse le 30 juillet. Il parle devant un lutrin, accompagné par le maire de Toronto.

Le dernier point de presse de Doug Ford remonte au 30 juillet, lorsqu'il a dévoilé les plans de revitalisation de la Place de l'Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Mardi, c'est le médecin hygiéniste en chef qui a été envoyé au front et qui a dû répondre aux questions des journalistes. Le Dr Kieran Moore a été contraint de défendre la position du gouvernement.

Nous avons une preuve de vaccination. Vous pouvez la télécharger, vous pouvez la mettre en PDF, vous pouvez l'imprimer, a-t-il simplement indiqué, reprenant les mêmes arguments que les porte-parole du bureau de Doug Ford.

Le premier ministre a pourtant été actif sur les réseaux sociaux, partageant des photos de sa tournée dans le nord de la province. Une tournée secrète, dont l'itinéraire n'a pas été préalablement annoncé et à laquelle les médias n'ont pas été conviés. Même chose pour la ministre de la Santé, Christine Elliott, qui n'a pas publicisé ses sorties publiques dans les dernières semaines.

La partie de cache-cache commence à s'étirer. Tôt ou tard, le gouvernement devra répondre de ses actes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !