•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Liste de la rentrée scolaire… pour les parents!

Illustration d'un sac à dos et d'une valise qui sont remplis d'objets scolaires et de bureau.

Quelques conseils destinés aux parents pour mieux se préparer à la rentrée scolaire de leurs enfants.

Photo : Radio-Canada / Yosri Mimouna

La rentrée scolaire - et, du même coup, le retour au travail - est une période déstabilisante, tant pour les parents que pour les enfants. Que faire et ne pas faire pour faciliter cette transition?

Les enfants ont leur liste d’effets scolaires à se procurer pour le retour en classe. La psychoéducatrice et psychothérapeute Marie-Michèle Ricard, également propriétaire de la clinique IMAVI de Gatineau, propose pour sa part une liste de conseils destinée aux parents pour mieux se préparer à la rentrée.

Faire preuve de flexibilité

Comme il peut s’agir d’une période stressante, il est important de retrouver une certaine structure et organisation dans le quotidien pour éviter que le retour soit trop déstabilisant, croit Mme Ricard.

Il faut néanmoins garder en tête - surtout en cette année particulière - que les imprévus s’avèrent inévitables.

« La rentrée ne sera pas la même que l’année passée, ou qu’avant non plus. Il faut se préparer à ce que ça ne fonctionne peut-être pas comme on l'aurait voulu, que ce sera peut-être très désordonné et différent de ce à quoi on est habitué. »

— Une citation de  Marie-Michèle Ricard, psychoéducatrice et co-propriétaire de la clinique IMAVI de Gatineau

Établir une routine permet donc de réduire le stress. Ce n’est pas d’avoir un horaire militaire, mais de savoir à peu près ça va ressembler à quoi. C’est rassurant pour tout le monde, dit-elle.

Être à l’écoute

Que ce soit avec les enfants ou au sein du couple, il faut tendre l’oreille à ce que l’autre vit, et ce, régulièrement.

Chacun va vivre les choses différemment : [certains] dans l’anxiété, dans l’insécurité, [et d’autres], dans la joie et le plaisir, souligne la psychoéducatrice. Mais on a besoin de prendre le temps de s’intéresser et de regarder comment le retour à l’école et au travail s’est passé. C’était important avant la pandémie et ce l’est tout autant, sinon plus, maintenant.

Ne pas réaliser de gros changements

Projet de rénovation? Apprentissage d’une nouvelle habileté? La rentrée n’est peut-être pas le bon moment pour de grands chantiers, selon Mme Ricard.

Car le simple fait de retourner à cette nouvelle réalité est, en soi, un changement qui nécessite une certaine adaptation.

C’est comme [être sur] la mer : on va donner une énorme poussée [à la rentrée], il va y avoir de grosses vagues et on va essayer, avec notre bateau, de retrouver notre équilibre, illustre-t-elle. Alors ce n’est pas le temps de changer de voile. Attendons que ça se calme.

Éviter d’aller trop vite

Selon Mme Ricard, l’erreur à éviter serait de remplir - ou plutôt de surcharger - son horaire. On a besoin de vivre, et vivre, ce n’est pas d’être séparé en 10 partout à la fois, fait-elle valoir. Tout le monde a besoin de calme et de plaisir.

« Parmi les choses qui ont été réalisées avec la pandémie, c’est que la vie va vite. Quand on a tout perdu - les activités, le travail en personne, le trafic le matin - plusieurs personnes se sont dit : "Mon horaire était donc bien rempli [avant la pandémie]!" »

— Une citation de  Marie-Michèle Ricard, psychoéducatrice et co-propriétaire de la clinique IMAVI de Gatineau

Ralentir le rythme et laisser certaines cases libres dans le calendrier permet de garder l’équilibre. Il faut prendre un temps pour soi, parce que ça va aller vite. Individuellement, ça prend un moment où on va se déposer et respirer, conclut la psychoéducatrice.

Avec les informations de Marie-Lou St-Onge pour l’émission Les matins d’ici

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !