•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections fédérales : quels enjeux pour les Fransaskois ?

e590bd0aa7cf4fa1978cc5468c76d9cf

Drapeau fransaskois et le drapeau de Canada

Photo : Radio-Canada / Trevor A Bothorel

Charles Le Bourgeois

À l’approche des élections fédérales, des représentants d'organismes fransaskois rapportent les attentes de la communauté francophone en Saskatchewan.

Loi sur les langues officielles

La francophonie est un des enjeux majeurs. Le président de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), Denis Simard, estime que la modernisation de la loi sur les langues officielles est une priorité, car elle pourrait avoir un impact significatif sur la communauté , dit-il.

En matière d’éducation par exemple, Denis Simard estime que le Collège Mathieu de Gravelbourg et la Cité universitaire francophone de l'Université de Regina pourraient être protégés par la modernisation de cette loi. Car selon lui, elle permettrait d'obtenir plus d’argent, plus d'appui, et un plan de développement pour ces deux institutions qui sont vitales à la communauté fransaskoise .

En matière d’immigration, Denis Simard rappelle que le gouvernement fédéral prévoyait faire venir au pays 4,4 % d’immigrants francophones. Le président de l'ACF regrette que ce seuil n'ait pas été atteint. On travaille avec les partis pour connaître leurs engagements et voir si on peut atteindre les objectifs .

Les aînés

La francophonie est aussi un enjeu qui affecte les aînés, selon Michel Vézina, président de Vitalité 55+ Saskatchewan. D’après lui, les services en français sont difficiles à trouver pour les aînés en dehors du Québec. Michel Vézina estime que cette situation peut engendrer des problèmes de communication.

On aimerait être consultés et entendus.

Une citation de :Michel Vézina, président de Vitalité 55+ Saskatchewan

En matière de santé, si le personnel médical ne comprend pas le besoin de l'aîné, cela peut mener à des problèmes de diagnostic , explique le président de Vitalité 55+. Il réclame donc une clause linguistique pour s’assurer que les services de santé puissent être offerts en français.

En rappelant que les personnes âgées sont les plus nombreuses à voter, Michel Vézina espère que les partis politiques feront des propositions claires à destination des aînés.

La jeunesse

Même son de cloche du côté de l’Association Jeunesse Fransaskoise (AJF). Son directeur général, Julien Gaudet, affirme que le français est aussi un enjeu important pour les jeunes, et qu'ils ne doivent pas être oubliés dans ces élections.

Les jeunes fransaskois qui s'apprêtent à entrer sur le marché du travail vont avoir un rôle essentiel dans la relance de l’économie, suite à la pandémie de COVID-19 , affirme-t-il.

En plus de la santé mentale et de l’environnement, la question identitaire est un enjeu qui touche les jeunes, mais qui n’est pas souvent abordé, regrette Julien Gaudet. En Saskatchewan, les jeunes peuvent être à la fois fransaskois, bilingues, canadiens, tout en appartement à différents groupes ethniques, assure-t-il. C’est leur choix de s’identifier comme ils veulent .

Julien Gaudet dit attendre davantage d’action de la part du gouvernement fédéral pour valoriser la langue française au Canada. Son association, non partisane, est prête, dit-il, à travailler avec n’importe quel gouvernement pour moderniser la loi sur les langues officielles.

De son côté, Denis Simard affirme que l’ACFcommence à être sollicitée par les partis . Selon lui, des rencontres sont déjà prévues la semaine prochaine avec des représentants politiques pour connaître leurs engagements vis-à-vis de la communauté fransaskoise.

Avec les informations de Katia St Jean

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !