•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta ne fera pas du 30 septembre un jour férié

Une femme tient une bougie lors d'une veillée à Calgary.

Les Albertains ont besoin de cette journée pour commémorer et s'informer, selon le syndicat des employés de la fonction publique albertaine.

Photo : CBC/Terri Trembath

Radio-Canada

La nouvelle Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, créée par le gouvernement fédéral, ne sera pas inscrite dans la loi albertaine pour faire du 30 septembre un jour férié.

L’Alberta laissera plutôt aux employeurs réglementés de la province le soin de choisir s’ils veulent accorder un congé à leurs employés.

La province suit l’exemple de la majorité de ses homologues. Le Québec a rejeté l’idée d’une journée provinciale, par exemple, mais la Colombie-Britannique l’a adoptée.

Conflits de travail à prévoir

Selon le syndicat des employés de la fonction publique de l’Alberta, plusieurs organisations comme Services de santé (AHS) ou la commission des jeux de hasard, de l’alcool et du cannabis de l’Alberta (AGLC) contreviennent à leurs propres conventions collectives s'ils n'accordent pas ce congé.

La plupart de ces contrats de travail comprennent la reconnaissance des jours fériés, même ceux qui sont déclarés par le gouvernement fédéral, souligne-t-il.

C’est un nouveau coup bas pour cette province de ne pas reconnaître une journée que le gouvernement fédéral a estimé assez importante pour valoir un jour férié, a affirmé la vice-présidente du Syndicat de la fonction publique de l'Alberta (AUPE), Bobby-Joe Borodey.

Le syndicat a déposé des griefs contre ces employeurs.

Déception

Rob Houle, du centre de recherche autochtone Yellowhead Institute, est aussi déçu du message envoyé aux Premières Nations.

C’est dans l’ordre des choses en Alberta. Cette province et toutes celles de l’Ouest ont mal traité les Autochtones. Quand les personnes à la tête de ces organisations refusent de prendre des petites initiatives pour atteindre la réconciliation, il n’y a plus d’espoir pour les Autochtones d’être mieux traités, déplore-t-il.

Rob Houle est assis dans son jardin au milieu de jouets d'enfants.

Rob Houle est déçu de l'attitude des organisations gouvernementales albertaines.

Photo : Radio-Canada / Kyle Muzyka

Même si la Journée est en soi une petite occasion d’apprentissage, c’est une occasion manquée si les employés n’ont pas l’autorisation de prendre ce moment pour apprendre la véritable histoire du Canada, ajoute-t-il.

Dans une réponse par courriel, Services de santé Alberta a affirmé être en train d’examiner si elle devait accorder ce nouveau congé à ses employés syndiqués pour respecter les conventions collectives.

L'AGLC a également indiqué avoir besoin de temps supplémentaire pour comprendre les implications de ce nouveau jour férié.

Le ministre des Relations avec les Autochtones, Rick Wilson, a dit que la décision revenait aux employeurs provinciaux, sauf si les contrats incluent les jours fériés fédéraux. Il a ajouté qu'il travaillait à trouver des façons d’aider les Albertains à commémorer cette journée.

D'après les entrevues de Charles Rusnell

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !