•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mika Cyr invité par le Canadien de Montréal

Mika Cyr interviewé.

Mika Cyr est invité au camp des recrues des Canadiens de Montréal, en septembre (archives).

Photo : Radio-Canada / Gilles Landry

Radio-Canada

L’attaquant Mika Cyr, originaire de Sainte-Anne-de-Madawaska au Nouveau-Brunswick, est invité au camp des recrues des Canadiens de Montréal, de la Ligue nationale de hockey.

L’activité commencera le 15 septembre. Mika Cyr disposera d’une semaine pour impressionner les dirigeants de l'équipe.

Je suis vraiment content, j'étais surpris par l'invitation lance l'attaquant, âgé de 22 ans. Mes agents ont fait un travail exceptionnel à mettre mon nom en avant.

Mika Cyr, numéro 24 des Wildcats, attend une passe devant le gardien du Drakkar, Alex D'Orio.

Mika Cyr, numéro 24 des Wildcats, attend une passe devant le gardien du Drakkar, Alex D'Orio.

Photo : Radio-Canada / Gilles Landry

Quelles sont les chances que le hockeyeur passe au principal camp des recrues qui aura lieu le 22 septembre? Nicola Riopel, l’agent de Mika avec l'agence Propulsion Sports, affirme que ce dernier a profité de la pandémie pour améliorer son jeu.

Je pense que maintenant la balle est dans le camp de Mika, explique Nicola Riopel.

« Il y a toujours des joueurs chaque année, des joueurs invités qui réussissent à surprendre. Donc, avec l’état major qui va être là dès le jour un, et beaucoup de joueurs, je pense que ça va vraiment démontrer ce que les joueurs ont fait, le travail que les joueurs ont fait pendant la pandémie. Certains ont pris ça un peu comme une opportunité plus de se reposer et penser qu’ils ne devaient pas nécessairement travailler sur leurs habiletés. Puis, Mika, de son côté, ç’a été une opportunité pour travailler encore plus sur ses forces, mais aussi sur ses défauts. Je sais que c’est un gars qui travaille très, très fort »

— Une citation de  Son agent, Nicola Riopel
Nicola Riopel dans ses bureaux de l'Agence Propulsion

Nicola Riopel dans ses bureaux de l'Agence Propulsion Sports.

Photo : Courtoisie Propulsion - Guillaume Séguin

C’est très court. Il va y avoir trois matchs hors concours. Savoir combien il va en jouer, bien, ça va être à partir de ses tests physiques, à partir des 24 à 48 heures qu’il va arriver sur la patinoire avec les Canadiens, précise M. Riopel.

Mika Cyr est inscrit à l’Université de Moncton pour jouer au sein des Aigles Bleus. Il n’y a pas eu de saison l’année dernière en raison de la pandémie, mais le jeune homme s’est entraîné et il est expérimenté.

En cinq saisons avec les Wildcats de Moncton, de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Mika Cyr a disputé quelque 212 parties, il a marqué 96 buts et obtenu 90 mentions d’aide.

Il avait été invité au camp des recrues des Coyotes de l’Arizona en 2018 et des Flyers de Philadelphie en 2019.

Sur le niveau de jeu, je sais à quoi m'attendre cette fois-ci. Avoir eu deux camps de ce genre, ça m'aidera à être plus relaxe, mentionne Cyr.

Participer à des camps de recrues est un atout pour les joueurs qui aspirent à une carrière professionnelle, selon Nicola Riopel.

Mika, c’est sûr qu’en ajoutant maintenant trois camps dans la Ligue nationale à son CV, si ça continue à se faire ainsi après son stage universitaire, c’est certainement un avantage, estime Nicola Riopel.

Moi, ce que je veux faire, mon objectif en tant qu’agent, c’est de lui mettre le plus d'opportunités, le plus de cartes sur la table chaque année et voir c’est où les options. À la fin de la journée, c’est lui le boss, c’est lui qui décide un peu quelle serait la meilleure option pour lui. On n’écarte rien. Définitivement que l’ajout du Canadien de Montréal va l’aider, ajoute-il.

Le jeune homme s'entraîne.

Mika Cyr, lors d'un entraînement en gymnase, en 2019.

Photo : Radio-Canada

Par exemple, lorsque Mika jouait dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, son agent prenait soin d'aller parler aux recruteurs des Canadiens de Montréal ou des autres équipes pour souligner les bons coups de son protégé.

Cette invitation, c'est beaucoup plus qu'une simple faveur ou de la courtoisie.

S'ils recherchaient seulement de joueurs pour remplir des gilets (pour compléter les alignements), ils auraient invité uniquement des Québécois, rappelle-t-il.

Contrairement aux joueurs, les agents n'ont pas de saison morte, pour reprendre une expression sportive consacrée.

Nous essayons d'aider les joueurs à concrétiser tout ce qui est en-dehors de la patinoire, comme les négociations de contrats, explique M. Riopel, qui fait affaire avec les équipes de la LNH, de la Ligue américaine, l'ECHL et en Europe.

Lorsqu'un joueur, comme Mika Cyr, obtient l'occasion de se faire valoir, c'est comme si l'agent marquait un but gagnant.

Avec les renseignements de François Le Blanc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !