•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après 17 mois, le Yukon lève l’état d’urgence

Le premier ministre du Yukon, Sandy Silver, s'adresse aux médias lors de la mise à jour hebdomadaire au sujet de la COVID-19, à Whitehorse.

Le premier ministre du Yukon, Sandy Silver, affirme qu'il est temps de lever l'état d'urgence au territoire.

Photo : Gouvernement du Yukon

Le premier ministre du Yukon, Sandy Silver, a annoncé mercredi en conférence de presse que le territoire allait lever l’état d’urgence, mis en place en mars 2020.

C’est un jour très exaltant, peut-être attendu par de nombreuses personnes, dit Sandy Silver en annonçant la fin de l'état d’urgence, effectif à partir de mercredi 23 h 59.

Toutefois, le premier ministre reconnaît que, pour certains, cette annonce peut s’avérer angoissante.

L’état d’urgence avait été déclaré le 27 mars 2020 et prolongé cinq fois depuis.

Il conférait au gouvernement plus de pouvoirs pour lutter contre la COVID-19, comme la mise en place de mesures de soutien économique pour les commerces locaux ou bien l'obligation de respecter un isolement d’une durée de 14 jours pour toute personne entrant au territoire.

Les changements les plus notables seront la fin des mesures obligatoires sous la Loi sur les mesures civiles d’urgence. Il n’y aura plus non plus de limite sur la taille des rassemblements au Yukon.

Une citation de :Sandy Silver, premier ministre du Yukon

Plusieurs ordres ministériels adoptés pendant la pandémie (comme les extensions de baux, de permis ou encore l’autorisation pour les pharmaciens de prolonger les ordonnances) prendront également fin à la levée de l’état d’urgence.

D'autres connaîtront une période transitoire pouvant aller jusqu’à 90 jours avant de prendre fin.

Sandy Silver justifie la fin de l’état d’urgence par l’évolution de la situation épidémiologique au Yukon. On passe d’un mode de réponse à la crise, à un mode où l'on apprend à vivre avec la COVID-19, explique-t-il.

Il estime qu’avec l'évolution des risques sanitaires une approche plus ciblée est maintenant nécessaire. Celle-ci est détaillée dans la nouvelle stratégie Aller de l’avant .

Des pouvoirs de coercition persistent

Le gouvernement possède tout de même d’autres outils pour lutter contre la pandémie.

En effet, la Loi sur la santé et la sécurité publique reste en place, par exemple. Elle permet notamment au médecin hygiéniste en chef de rendre obligatoire l’isolement pour les personnes qui ont reçu un résultat positif à un test de dépistage du SRAS-CoV02, ainsi que pour leurs cas contacts.

Le médecin hygiéniste en chef a aussi l’autorité d’imposer une amende à ceux qui ne veulent pas respecter un ordre d’auto-isolement, ajoute le premier ministre.

Malgré la fin de l’état d’urgence, M. Silver et la médecin hygiéniste en chef par intérim, Catherine Elliott, conseillent aux Yukonnais de continuer à porter le masque dans les endroits achalandés, de continuer à pratiquer une bonne hygiène ainsi qu'à se faire vacciner.

À ce jour, même si 80 % de la population de plus de 12 ans est complètement vaccinée, la Dre Elliott dit qu’il faut viser plus haut.

Mardi, le gouvernement a annoncé deux nouveaux cas de COVID-19, pour 36 cas actifs. La semaine dernière, le variant Delta a été détecté sur le territoire chez deux personnes infectées.

Sandy Silver précise que, si la situation venait à changer, le gouvernement devrait s’adapter. Rien n’est gravé dans la pierre, ajoute-t-il.

Lors de la conférence, il a également fait savoir que le gouvernement travaillait à élaborer une preuve officielle de vaccination, accessible en ligne pour les Yukonnais.

Il n’a pas indiqué de date précise à laquelle ce document sera disponible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !