•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Le 26 août 1961 est inauguré le Temple de la renommée du hockey de Toronto

Vue de la façade du Temple avant un événement.

Le Temple de la renommée du hockey est situé à Toronto.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Radio-Canada

Il y a 60 ans, le premier ministre John Diefenbaker inaugurait le Temple de la renommée du hockey dans la ville de Toronto. Les collections d’objets ayant appartenu aux joueurs intronisés et les trophées de notre sport national y sont précieusement gardés, comme en témoignent nos archives.

Honorer les plus grands exploits du hockey

Le Temple de la renommée du hockey est dédié à l’histoire et à l’étude du hockey sur glace. Chaque année, des joueurs, joueuses, bâtisseurs et officiels sont choisis par un comité pour y être intronisés en raison de leurs qualités ou leurs contributions exceptionnelles.

On doit au capitaine James T. Sutherland la création du Temple de la renommée du hockey au Canada. L’institution voit le jour à Kingston le 10 septembre 1943 en affiliation avec l'ACHA et la LNH.

Bien que le temple, ou panthéon, comme il était souvent appelé au départ, ne possède pas de pignon sur rue, il intronise ses premiers joueurs le 30 avril 1945. Hobart Baker, Howard Morenz, William Stuart et Georges Vézina sont du lot.

En 1958, le président de la Ligue nationale de hockey, Clarence Campbell, décide que le Temple de la renommée, toujours sans domicile fixe, sera bâti dans la Ville Reine.

Deux homme se serrent la main sur une estrade, un autre homme au centre tient un trophée.

Le hockeyeur Maurice Richard serre la main du premier ministre canadien John Diefenbaker lors de l'inauguration du Temple de la renommée du hockey le 26 août 1961.

Photo : Radio-Canada

Le 26 août 1961, le premier ministre du Canada John Diefenbaker préside la cérémonie d’ouverture (Nouvelle fenêtre). À cette époque, le Temple est situé sur le site de l’Exposition nationale canadienne.

Dès la première année de son ouverture, le musée reçoit la visite de 750 000 visiteurs.

Quand la collection quitte le Temple pour une rare sortie

En 1987, les articles les plus importants du Temple de la renommée sont déménagés à Québec au moment des Rendez-vous 1987.

Le journaliste Gilles Morin présente un reportage sur le populaire événement qui, en une semaine, attire plus de gens au manège militaire de Québec que le Temple n’en attire en plusieurs mois à Toronto.

Téléjournal, 6 février 1987

Le chandail du célèbre gardien russe Vladislav Tretiak, la rutilante coupe Stanley, la rondelle du 500e but de Maurice Richard, les masques de gardiens légendaires… Tous ces objets ont quitté Toronto pour la première fois depuis l’inauguration du Temple en 1961.

Des légendes du hockey sont sur place pour l’occasion. Bernard Boum Boum Geoffrion s’improvise même guide de musée auprès des enfants.

L’arrivée du Temple de la renommée à la Place Brookfield

C’est le 18 juin 1993 que le Temple de la renommée ouvre ses portes dans l’édifice patrimonial de la Place Brookfield aux coins des rues Yonge et Front dans le centre-ville de Toronto.

Téléjournal Ottawa, 4 juin 1993

Quelques jours avant l'ouverture, la journaliste Louise Gauvreau présente un reportage au Téléjournal sur le nouveau musée situé dans le bâtiment qui abritait anciennement le siège social de la Banque de Montréal.

En plus des précieux artefacts et trophées, le Temple de la renommée rassemble des expositions multimédias, des jeux interactifs, une vitrine pour les membres d’honneur du hockey, une boutique et un centre de ressources pour les chercheurs et les médias.

Le Temple de la renommée a subi plusieurs phases de revitalisation au fil des ans.

L’espace d’exposition de 4700 m2 reçoit chaque année, plus de 300 000 visiteurs.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.