•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une jeune pilote qui fait le tour du monde en solitaire s’arrête au Labrador

Zara Rutherford, souriante, devant son petit avion.

Zara Rutherford, jeune pilote belgo-britannique âgée de 19 ans, tente de faire le tour du monde en solitaire. Elle s'est arrêtée au Labrador le 23 août 2021.

Photo : CBC/Regan Burden

Radio-Canada

Zara Rutherford tente de devenir la plus jeune femme ayant volé autour du monde en solitaire. Elle a fait une escale à Happy Valley-Goose Bay, au Labrador, lundi.

La jeune pilote belgo-britannique âgée de 19 ans a entrepris un voyage de trois mois dans cinq continents et 52 pays.

Interviewée à l’occasion de son arrêt au Labrador, elle a souligné qu’il lui reste encore un long chemin à parcourir et qu’elle est très enthousiaste.

La jeune femme a décroché son permis de pilotage à l’âge de 15 ans. Ses parents sont tous deux pilotes et elle a grandi aux côtés d’avions. Elle dit qu’elle a volé toute sa vie, la première fois quand elle était âgée d’à peine trois mois.

Elle a toujours rêvé de voler autour du monde et ses parents l’ont encouragée à réaliser son rêve.

L'entraînement pour relever le défi

Zara Rutherford s’est entraînée rigoureusement avant d’entreprendre son périple en solitaire la semaine dernière.

Elle a effectué des vols transatlantiques avec son père. Elle s’est aussi rendue à plusieurs endroits en Europe pour s’habituer à atterrir à des aéroports différents.

Zara Rutherford et un mécanicien examinent un aileron de son avion.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Zara Rutherford, ci-dessus à Happy Valley-Goose Bay, compte achever son tout du monde en novembre.

Photo : CBC/Regan Burden

La jeune femme a aussi appris à entretenir son avion. Il s’agit d’un Shark UL, un appareil biplace ultraléger qui atteint une vitesse de 140 noeuds. Elle dit que c’est l’avion le plus rapide en son genre.

Zara Rutherford s’est aussi préparée mentalement à de longues périodes de vol en solitaire. Elle écoute des balados et de la musique durant le vol. Elle a aussi prévu des jours de repos entre les diverses étapes de son périple.

Malgré la solitude, la pilote aime le sentiment de liberté qu’elle ressent en vol. Elle dit qu’elle oublie tout le stress ressenti sur terre. Il n’y a plus que vous et l’avion. Vous volez et c’est tout.

L’étape transatlantique

Zara Rutherford a franchi l’océan Atlantique en passant par le Groenland avant de s’arrêter au Labrador.

Le vol transatlantique était un défi, dit-elle, mais elle a adoré l’expérience.

Après l’atterrissage à Happy Valley-Goose Bay, la pilote s’est rendue à une réception où elle a rencontré des jeunes de la communauté et répondu à leurs questions.

Zara Rutherford dit que les pilotes féminines sont encore plutôt rares et qu’elle espère que son projet inspirera plus de filles à poursuivre une carrière dans l’aviation.

Elle a aussi rencontré des gens qui ont aidé son père lorsqu’il a été mêlé à un écrasement d’avion au Labrador il y a quelques années. Elle se réjouit d’avoir pu les remercier en personne.

Le prochain arrêt de Zara Rutherford après Happy Valley-Goose Bay est Montréal. Elle compte ensuite rejoindre des membres de sa famille à New York et poursuivre son vol le long de la côte est des États-Unis.

Avec des renseignements de Regan Burden, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !