•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Laurentienne demande une prolongation de la période de protection contre ses créanciers

Chargement de l’image

L'Université Laurentienne est en processus de restructuration financière depuis février.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Radio-Canada

L’Université Laurentienne, à Sudbury, demande à un juge d'approuver une prolongation de son entente de prêt et du sursis face à ses créanciers jusqu’au 31 janvier 2022.

L’établissement postsecondaire, qui avait demandé la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) le 1er février 2021, affirme avoir besoin de plus de temps pour préparer son plan pour sortir de sa restructuration.

Le recteur de l’Université Laurentienne Robert Haché affirme dans une attestation que l'établissement a négocié des frais de 350 000 $ avec ses bailleurs de fonds pour prolonger l'entente de prêt existante.

Cette motion sera présentée à la cour le vendredi 27 août.

La Laurentienne a déclaré que les compressions effectuées dans le cadre des procédures de la LACC lui ont permis de réaliser des économies d'environ 40 millions de dollars par an, ce qui représente une réduction de 25 % de ses dépenses annuelles.

Dans le cadre de sa restructuration en cours, la Laurentienne a supprimé des dizaines de programmes en avril, et une centaine de membres du corps enseignant ont perdu leur emploi.

M. Haché a déclaré dans son attestation que la modification des facultés et des départements de l'Université pour les rendre plus efficaces, la signature de contrats de travail et la rupture des liens avec ses partenaires fédérés ont créé des économies supplémentaires.

Baisse des inscriptions

Toujours dans son affidavit à la Cour supérieure de justice de l'Ontario, M. Haché affirme que l'établissement prévoit une baisse de 30 % des nouveaux étudiants pour la prochaine année universitaire.

Il semble que les niveaux d'inscription des étudiants de retour suivent la tendance prévue par la Laurentienne, indique-t-il dans l'attestation deposé devant la cour..

Chargement de l’image

Robert Haché, recteur de l'Université Laurentienne.

Photo : Université Laurentienne

Mais il ajoute que l'université n'aura pas le nombre définitif d'inscriptions avant que les inscriptions de l'automne ne soient comptées.

M. Haché indique que 6 250 étudiants de premier cycle étaient inscrits l’an dernier.

Le recteur affirme aussi que l’examen de ses biens immobiliers se poursuit pour déterminer comment ils pourraient aider à rembourser ses dettes.

Cela pourrait inclure la vente de propriétés ou la location de bâtiments.

Un premier avis du conseiller en immobilier de la Laurentienne est attendu vers la fin septembre.

Visite de l’équipe de la vérificatrice générale

M. Haché a également mentionné dans l’attestation l’analyse financière des activités de l'Université Laurentienne pour la période de 2010 à 2020 menée par la vérificatrice générale de l’Ontario, Bonnie Lysyk.

L’enquête a été lancée à la fin avril, mais le personnel du bureau de la vérificatrice générale a visité le campus pour une première fois le 10 août.

L’Université Laurentienne a pleinement coopéré à l'enquête de la vérificatrice générale de l’Ontario et facilite la production de nombreux documents et informations en réponse aux demandes de [celle-ci], affirme le recteur.

La vérificatrice générale Bonnie Lysyk a déclaré à CBC qu'il n'y a pas de calendrier pour l'achèvement de l'enquête et du rapport subséquent.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !