•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des réinjections de vaccins sont nécessaires à la suite d'un entreposage inadéquat

Les doses ont été conservées à -20 C au lieu de -80 C.

Une personne se fait vacciner.

Les personnes ayant reçu une dose de vaccin COVID-19 mal conservée sont contactées individuellement pour une nouvelle injection.

Photo : Associated Press / Mike Simons

Radio-Canada

Plus de 500 personnes devront à nouveau recevoir le vaccin contre la COVID-19 à Revelstoke, en Colombie-Britannique, en raison d'un mauvais entreposage des doses dans un congélateur inadéquat, indique la régie sanitaire de l'Intérieur.

Les doses ont été conservées à -20 degrés Celsius au lieu de -80 degrés Celsius, indique la Dre Carol Fenton, la médecin hygiéniste de la régie de santé de l’Intérieur.

Le vaccin mal conservé a été utilisé pour 15 premières doses et 501 secondes doses. Les personnes qui ont reçu ces vaccins ont été contactées individuellement par la régie sanitaire et se sont vues offrir une autre dose.

La régie sanitaire de l'Intérieur affirme qu'il n'y a aucun risque à recevoir une dose de vaccin non conforme.

Il se peut que ce soit tout à fait correct, soutient Dre Fenton. Mais [nous] ne pouvons pas garantir l'efficacité, donc juste pour être sûrs, nous offrons de nouvelles doses.

D'après la régie de santé, aucune des personnes ayant reçu la mauvaise dose n'a contracté le COVID-19 depuis leur vaccination.

La région intérieure de la Colombie-Britannique est un point chaud de la pandémie en Colombie-Britannique. Les responsables de la santé y ont d'ailleurs réintroduit des mesures de santé publique pour tenter de freiner la propagation du variant Delta.

L'anomalie a été découverte lors d'un contrôle de qualité de routine et la médecin hygiéniste en chef affirme que des efforts sont déployés pour s'assurer que cela ne se reproduise pas.

Nous disposons d'un personnel formidable qui examine ce problème en permanence, raconte-t-elle. Nous avons redoublé d'efforts pour nous assurer que tout le monde connaisse les exigences de stockage pour le vaccin afin de minimiser les risques que cette erreur se reproduise, ajoute la Dre Carol Fenton.

Avec des informations de Jenifer Norwell.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !