•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lancement d’une campagne pour inciter les femmes autochtones à voter

Mme Groulx est debout au milieu de nombreuses grandes enveloppes.

La présidente-directrice générale de l'Association des femmes autochtones du Canada, Lynne Groulx, dit que son organisme partagera sous peu une analyse des programmes des différents partis politiques fédéraux.

Photo : Association des femmes autochtones du Canada

Radio-Canada

L'Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) veut inciter les femmes autochtones à se ruer aux urnes lors des élections fédérales. Une campagne de sensibilisation appelée Assez demandé, allons voter a été lancée par l'organisation.

La présidente-directrice générale de l’AFAC, Lynne Groulx, précise que cette campagne a pour but d’encourager les femmes autochtones à participer activement au changement.

Si on ne vote pas, on ne fait pas partie de la démocratie, lance-t-elle au micro de l’animateur du Téléjournal Manitoba, Patrick Foucault.

Elle souhaite voir la fin de la violence contre les femmes autochtones. Il y a 231 appels à la justice dans le rapport de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, rappelle-t-elle.

Selon un communiqué de l’AFAC, la découverte de sépultures non marquées autour des pensionnats pour Autochtones est venue mettre en lumière l’ampleur du génocide.

Les effets de ce génocide ont encore des répercussions aujourd’hui sur les femmes, les filles et les personnes de diverses identités de genre autochtones et leurs communautés, peut-on lire dans le communiqué.

Lynne Groulx espère aussi voir des améliorations en ce qui concerne les droits de la personne, dont l’accès à l’eau potable et au logement abordable. Elle veut aussi voir une participation accrue des femmes autochtones dans l’économie canadienne.

Elle dit comprendre qu’il est difficile pour les femmes d’aller voter en raison de leurs responsabilités familiales. Mais si on ne vote pas, on ne pourra pas voir ces changements et on laisse les problèmes de droits de la personne aux prochaines générations, ajoute-t-elle.

Pour inciter les femmes autochtones à se rendre aux urnes le 20 septembre prochain, l’association prépare un guide détaillé sur les candidats, leurs partis et le processus de vote.

De plus, des ateliers seront offerts aux femmes pour discuter et débattre des questions politiques qui les intéressent.

Selon Lynne Groulx, l’Association des femmes autochtones du Canada publiera sous peu une analyse approfondie portant sur les priorités des partis politiques fédéraux.

Avec les informations de Patrick Foucault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !