•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau doit se doter d'une vision à long terme pour la gestion de ses infrastructures

Une femme assise parle derrière un micro.

La vérificatrice générale de la Ville de Gatineau, Johanne Beausoleil

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Prenez note que cet article publié en 2021 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La vérificatrice générale de la Ville de Gatineau a présenté, mardi, son rapport annuel 2020 au conseil municipal. Le document met en lumière le manque de vision à long terme de la Ville dans la gestion de ses infrastructures.

La gestion et la pérennité des chaussées ainsi que la gestion de la paie et des avantages sociaux sont d’autres points principaux abordés par la vérificatrice, Johanne Beausoleil. Selon ce qui en ressort également, la Municipalité doit revoir sa stratégie de gestion de carburant à l’aéroport exécutif Gatineau-Ottawa (AEGO).

Planifier la gestion des infrastructures

Une part importante des infrastructures atteindra […] la fin de sa vie utile à partir de 2056, écrit d’entrée de jeu Mme Beausoleil. La valeur de remplacement est estimée à près de 8 milliards de dollars.

La vérificatrice générale note que la Municipalité, par le truchement de son service des infrastructures, n’est pas dotée d’un processus formel et complet quant à la gestion de ses infrastructures et à la planification de leur pérennité.

Actuellement, les autorités fonctionnent avec un horizon de planification de tout au plus cinq ans.

Les travaux urgents monopolisent ainsi les effectifs, et l’entretien à long terme des infrastructures en souffre, croit Mme Beausoleil.

On parle de planification à long terme, de plan directeur, de stratégies qui vont assurer la pérennité des infrastructures qui vont devoir être remplacées, a ajouté Mme Beausoleil, en point de presse. Ce qui est important à partir de maintenant, c'est de planifier. Quel argent on va devoir investir dans 10 ans, dans 20 ans, dans 30 ans?

Prévenir des bris de chaussée

Un nid-de-poule.

Un nid-de-poule à Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

La vérificatrice générale met aussi en avant l’incapacité de la Ville de prévenir ou d’intervenir avant le dépôt de plaintes en matière de chaussée.

Une très grande proportion des activités du Service des travaux publics est déclenchée par des requêtes citoyennes ou par des bris sur les chaussées et sur les différents réseaux souterrains, affirme Mme Beausoleil, ajoutant qu’annuellement, Gatineau reçoit plus de 30 000 requêtes.

Bien qu'elle admette l'importance des activités courantes, comme la réparation de nids-de-poule, elle maintient l'importance de la prévention.

Faire des inspections cycliques des routes, ou analyser les routes qu'on sait qui sont les plus à risque de se détériorer à court, moyen et long terme, ce sont des exemples qui pourraient aider à être plus dans la prévention que la réaction, a renchéri Mme Beausoleil.

Revoir la gestion de la paie et des avantages sociaux

La gestion de la paie et des avantages sociaux au sein de la Ville de Gatineau doit être revue et corrigée, indique également le rapport.

Mme Beausoleil constate que le système actuel n’est pas toujours clair, ce qui entraîne des omissions et nuit à sa capacité de rendement.

Elle souligne aussi l’insuffisance de procédures pour encadrer ce processus et la méconnaissance du système de paie de la part de plusieurs employés, pourtant affectés à cette tâche.

Les tests effectués sur la conformité de la paie aux politiques, règlements, conventions collectives et autres documents-cadres indiquent que 22 % des paies testées présentent des anomalies, ce qui augmente le risque de conséquences financières négatives pour la Ville, écrit Mme Beausoleil.

Revoir la stratégie de gestion de carburant à l'aéroport

Le financement de l’AEGO repose en partie sur la vente de carburant. La vérificatrice souligne que les activités administratives liées à la gestion du carburant ne sont pas soumises à des procédures de travail documentées, ce qui peut mettre à risque l’organisation, en cas de mouvement de personnel.

Les transactions quotidiennes de carburant vendu sont enregistrées manuellement dans le système comptable de l’AEGO, ce qui représente un travail inefficient, dit Mme Beausoleil, qui indique avoir observé des écarts de stocks de carburant destiné à un usage commercial depuis 2014.

Le taux d'application des recommandations en baisse

La vérificatrice générale a fait le suivi de l'application des recommandations faites par le passé.

Le taux d'application des recommandations datant d'il y a quatre ans, soit pour la période ayant pris fin en décembre 2016, est de 69 %. Pour celle se terminant en décembre 2017, il est plutôt de 20 % en trois ans.

La Ville a fait face à des inondations, des tornades, la pandémie. La Ville est occupée à gérer ses opérations au jour le jour, a fait valoir Mme Beausoleil. Je pense que ce qu'on voit, c'est le résultat de ce qu'on a vu dans les dernières années.

Maxime Pedneaud-Jobin répond aux questions de Radio-Canada.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin (archives)

Photo : Radio-Canada / Alexander Behne

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin a réagi au rapport lors d'une mêlée de presse.

S'il y a une autre crise l'année prochaine, et l'année d'après, et l'autre après, est-ce que ça veut dire qu'on néglige les recommandations de la vérificatrice générale? Pour moi, c'est hors de question. On doit augmenter ce taux-là, a-t-il lancé.

Selon lui, le rapport démontre l'importance pour la Ville d'avoir une vérificatrice générale.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...