•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ratés de la subvention ontarienne pour le soutien aux petites entreprises

Chris Cunningham accorde une entrevue.

Le propriétaire du Jak's Diner, Chris Cunningham, attend encore l'aide promise par la province.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Des propriétaires de petites entreprises dénoncent les obstacles bureaucratiques du programme de subvention pour le soutien aux petites entreprises lancé par la province l’hiver dernier pour compenser les pertes causées par le confinement.

Chris Cunningham a acheté le restaurant Jak's Diner, dans le quartier du Nouveau Sudbury, à l'automne 2020.

Il dit avoir pu obtenir de l'aide du fédéral, notamment pour le paiement de son loyer, mais qu'avec la province, c'est plus de stress qu'autre chose.

J'étais heureux quand j'ai appris que j'étais admissible, mais l'argent n'est jamais arrivé, raconte-t-il.

Christianna Burke, propriétaire du salon de coiffure Glow Hair Studio à Sudbury, déplore elle aussi la lenteur du processus.

L'extérieur d'un salon de coiffure.

Comme tous les salons de coiffure de la province, le Glow Hair Studio a été fermé pendant plusieurs mois en raison de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Les dépenses fixes ne disparaissent pas ou ne peuvent pas être repoussées, témoigne-t-elle.

Mme Burke ajoute avoir reçu seulement la moitié de l’aide promise et, pour couronner le tout, elle est arrivée le 28 juin 2021, date à laquelle j'avais passé près de 6 mois sans générer aucun revenu.

Les salons de coiffure ont pu rouvrir le 30 juin, à la deuxième étape du déconfinement.

« Bien que j'applaudisse l'intention de fournir un soutien financier à de nombreux secteurs de la société, le déploiement de la subvention a laissé à désirer. »

— Une citation de  Christianna Burke, propriétaire du salon de coiffure Glow Hair Studio

De son côté, Rob Waliser, propriétaire de magasins Pet Valu à Sudbury et à Chelmsford, affirme qu’il n’arrive pas à savoir pourquoi il n’est pas admissible.

Il tente depuis le 5 mars de parler à quelqu’un pour corriger une erreur dans sa demande.

« Pour nous, il s'agit de la subvention ontarienne de non-soutien. »

— Une citation de  Rob Waliser, propriétaire des magasins Pet Valu à Sudbury et à Chelmsford

Kyle Marcus, directeur de la Zone d'amélioration commerciale du centre-ville de Sudbury (BIA), affirme pour sa part que la subvention provinciale a pu aider plusieurs propriétaires d'entreprises.

Il se dit très reconnaissant d'avoir reçu lui-même l'aide de la province.

Kyle Marcus accorde une entrevue.

Kyle Marcus est le directeur de la Zone d'amélioration commerciale du centre-ville de Sudbury.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Je ne connais pas de personnes qui ont été déçues par le programme, tempère-t-il. Je n'ai pas vraiment entendu trop "d'histoires d'horreur".

Il admet toutefois que certaines personnes ont dû attendre longtemps. Mais, à part les [délais], je n'ai rien entendu de négatif.

Le NPD ontarien demande des comptes au gouvernement

Les députés provinciaux Jamie West et France Gélinas ont tenu mardi une conférence de presse devant le restaurant Jak's Diner pour mettre en lumière la situation de certains entrepreneurs.

Jamie West en conférence de presse avec France Gélinas devant le restaurant Jak's Diner.

Le député provincial néo-démocrate de Sudbury, Jamie West, tente depuis plusieurs mois d'obtenir des réponses de la part du ministère du Développement économique, de la Création d'emplois et du Commerce.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Ils affirment avoir reçu un grand nombre d’appels de propriétaires d'entreprises au sujet du programme de subvention à partir de janvier.

Cette situation n'est pas juste. Ces petites entreprises ont suivi les règles et auraient dû avoir accès aux fonds dont elles ont désespérément besoin pour rester à flot, a déclaré Mme Gélinas.

« On veut rendre ça très clair. On appuie les mesures pour aider les petites entreprises, mais on est ici pour vous dire que le programme ne fonctionne pas. »

— Une citation de  France Gélinas, députée provinciale néo-démocrate de Nickel Belt

Les députés et le personnel de leur bureau de circonscription respectifs ont effectué plusieurs demandes pour aider des entreprises, avec peu de succès, selon eux.

Le député Jamie West affirme avoir appelé le ministère du Développement économique, de la Création d’emploi et du Commerce le 30 juin, et n’a pas encore reçu de réponse.

Au moment de la publication, le gouvernement provincial n'avait pas répondu aux demandes d'entrevue.

Avec les informations de Zacharie Routhier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !