•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le port du masque redevient obligatoire à l'intérieur, en Colombie-Britannique

Un homme porte un masque et attend le prochain train.

Le masque sera notamment obligatoire dans les transports en commun.

Photo : Radio-Canada / G. Lasalle

Le gouvernement de la Colombie-Britannique annonce le retour du port du masque obligatoire pour toutes les activités ayant lieu à l'intérieur à compter du mercredi 25 août.

Il sera également obligatoire de porter un masque dans les transports en commun, les taxis et les autres services de transport.

L’annonce a été faite par la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry, lors d’une conférence de presse sur les mesures sanitaires qui seront en place pour la rentrée scolaire.

Le masque n’était plus obligatoire depuis le 1er juillet dans la province.

Nous savons maintenant qu'il est encore nécessaire de prendre certaines mesures, a déclaré la Dre Henry, citant l'augmentation du nombre de cas dans la province.

« Le masque obligatoire est l'une de ces couches supplémentaires que nous mettons en place au fur et à mesure de la transition vers l'automne. »

— Une citation de  Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

Les masques sont donc de nouveau obligatoires dans les épiceries, les hôtels de ville, les restaurants, les pubs et les bars, les immeubles de bureaux où des services publics sont fournis.

La Dre Henry a déclaré que cette politique sera réévaluée à la mi-octobre, lorsque la province mettra pleinement en œuvre les passeports de vaccination qui devront être présentés pour aller au restaurant et au théâtre, et assister à certains événements sociaux.

Le masque a été réimposé dans la région de l'Intérieur il y a quatre jours, alors que les chiffres montaient en flèche.

Environ 75 % des habitants de la Colombie-Britannique sont entièrement vaccinés contre la COVID-19, mais, selon la Dre Henry, ce nombre doit être plus élevé, car le variant Delta augmente le nombre de cas et, donc, le risque de transmission.

Les responsables ont également déclaré que la Colombie-Britannique ne passera pas à l'étape 4 du plan de relance le 7 septembre, comme prévu initialement.

Peu de personnes vaccinées hospitalisées

De nouvelles données du gouvernement britanno-colombien sur les vaccins montrent que la quatrième vague de la COVID-19 qui touche la province atteint principalement, mais pas exclusivement, les personnes non vaccinées.

Le taux d’hospitalisation pour la COVID-19 chez ces personnes est 17 fois plus élevé que chez les personnes complètement vaccinées.

Sur les 113 nouvelles personnes hospitalisées en raison de la maladie entre le 10 et le 16 août, 95 n’avaient reçu aucun vaccin contre la COVID-19, contre seulement 12 personnes entièrement vaccinées et 6 partiellement vaccinées.

Au cours de cette période, environ 1,45 million de Britanno-Colombiens n'étaient pas vaccinés, ce qui signifie que 25 % de la province était responsable de 84 % des hospitalisations liées à la COVID-19.

Le vaccin réduit simplement la probabilité d'être infecté dans une large mesure, a déclaré le mathématicien Daniel Coombs, de l'Université de la Colombie-Britannique, qui a offert ses conseils au gouvernement pour ses projections de modélisation.

« Les personnes qui ont été vaccinées semblent être considérablement moins contagieuses que les personnes qui ne sont pas vaccinées. »

— Une citation de  Daniel Coombs, coresponsable du groupe de modélisation COVID-19 de la Colombie-Britannique

Les données ​​sont similaires à celles qui ont été observées dans d'autres provinces, qui publient leurs statistiques quotidiennement.

Les autorités exhortent les Britanno-Colombiens qui ne l’ont pas encore fait à recevoir le vaccin contre la COVID-19.

Avec des informations de Justin McElroy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !