•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mission américaine à Kaboul « en voie d'être terminée » au 31 août

Un pont aérien a permis jusqu'ici d'évacuer plus de 70 000 personnes, selon le président Joe Biden.

Des femmes et des enfants marchent sur le tarmac de l'aéroport.

Les évacuations se poursuivent à l'aéroport international Hamid Karzaï de Kaboul, la capitale de l'Afghanistan.

Photo : Reuters / US MARINES

Radio-Canada

Tout indique que les derniers soldats américains et étrangers quitteront bel et bien l’aéroport de Kaboul dans une semaine, ce qui mettrait un terme aux opérations d’évacuation de ressortissants étrangers et d’Afghans à risque d’être persécutés par les talibans.

S'exprimant devant les journalistes plusieurs heures après une réunion virtuelle avec ses homologues du G7, le président des États-Unis, Joe Biden, a confirmé que la mission américaine était en voie d'être terminée au 31 août. À condition, bien sûr, que les talibans continuent de coopérer avec les forces de la coalition sur le terrain.

Cela étant dit, la mission de l'armée américaine à Kaboul se terminera lorsque ses objectifs seront atteints, a fait savoir M. Biden.

Le président a donc demandé au Pentagone de préparer des plans de contingence pour repousser le retrait si nécessaire.

Le président des États-Unis, Joe Biden, lève l'index droit vers le ciel lors d'une déclaration lue devant la presse.

Joe Biden a également évoqué mardi les menaces croissantes d'une attaque provenant de combattants locaux affiliés à l'État islamique. Le groupe, un ennemi juré des talibans, a-t-il rappelé, cherche à viser l'aéroport et à attaquer les forces américaines et alliées ainsi que les civils innocents.

Chaque jour d'opérations apporte un risque supplémentaire pour nos troupes.

Une citation de :Joe Biden, président des États-Unis

L'armée des États-Unis a pris le contrôle de l'aéroport de Kaboul après que les talibans eurent provoqué l'effondrement du gouvernement en se présentant aux portes de la capitale, il y a une dizaine de jours.

Depuis le 14 août, un pont aérien a permis l'évacuation de plus de 70 000 personnes, selon Joe Biden.

Quelque 5800 militaires américains sont sur place pour assurer le bon déroulement de l'opération internationale qu'ils dirigent.

Les alliés prêts à rester plus longtemps

Lundi, Londres, Berlin et Paris avaient plaidé pour que le pont aérien se poursuive après le 31 août, par crainte que le temps manque pour achever les évacuations. Joe Biden, lui, n'a jamais exclu de repousser la date butoir, mais il a toujours insisté pour dire qu'il était possible de quitter définitivement Kaboul le 31 août, voire avant.

Le communiqué du G7 publié mardi ne fait aucune mention de ce sujet précis. Il indique seulement que ses membres continueront de se coordonner afin d'assurer l'évacuation sécuritaire de leurs citoyens et des Afghans qui ont collaboré avec eux.

J’ai insisté sur le fait que le Canada était prêt à rester même après le 31 août si c’était possible, pour continuer de sauver le plus de gens possible, a commenté le premier ministre canadien Justin Trudeau après la rencontre.

Évidemment, nous sommes tous d’accord que les talibans doivent laisser les gens se rendre à l’aéroport dans les jours à venir, mais vont devoir aussi permettre aux gens de quitter l’Afghanistan dans les semaines à venir.

Une citation de :Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le fait qu’ils veulent une approbation ou un engagement positif avec le monde nous donne un levier pour nous assurer qu’ils sont, on l’espère, en train de laisser les gens quitter le plus rapidement, a-t-il aussi dit.

Selon la Défense nationale, le dernier vol canadien à quitter l'aéroport de Kaboul lundi transportait 506 personnes, y compris des citoyens canadiens et des membres de leur famille, des Afghans qui seront accueillis au Canada et d'autres qui doivent trouver refuge dans un pays allié.

« Plusieurs d’entre elles sont désormais en route vers leur nouvelle vie au Canada où nous les accueillerons chaleureusement », a écrit sur Twitter le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

Une ligne rouge à ne pas franchir

En conférence de presse à Kaboul, un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a répété mardi que toutes les troupes étrangères devaient avoir quitté le territoire après le 31 août.

Lundi, un de ses collègues, Suhail Shaheen, avait indiqué que le respect de cette date butoir constituait une ligne rouge à ne pas franchir, sous peine de conséquences non précisées pour les alliés.

Il avait en outre affirmé que les Afghans dont les papiers étaient en règle pourraient continuer de quitter le pays par des vols commerciaux après cette date.

Mardi, M. Mujahid a invité les Afghans qui souhaiteraient fuir le pays à rentrer chez eux. Nous garantissons leur sécurité, a-t-il déclaré, assurant que les talibans n'ont établi aucune liste noire en vue de représailles.

Nous avons tiré un trait sur le passé, a-t-il encore affirmé en demandant aux pays occidentaux de ne pas encourager les Afghans éduqués à fuir. Nous avons besoin de leurs compétences.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !