•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti libéral bonifie son plan d'accès à la propriété, sur fond de bilan mitigé

Justin Trudeau devant une maison en construction.

Justin Trudeau s'engage à instaurer des mesures pour aider les jeunes ménages à acheter une première maison.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Les libéraux de Justin Trudeau ont bonifié mardi leur Stratégie nationale sur le logement, malgré un récent rapport du directeur parlementaire du budget (DPB) qui estime que son incidence a été limitée jusqu'à maintenant.

De passage à Hamilton, en Ontario, le chef libéral a présenté un élargissement de son plan sur trois fronts : l'accès à la propriété, la construction de logements et la protection des droits des acheteurs.

Concrètement, Justin Trudeau espère améliorer sa réponse à la crise du logement grâce à une combinaison d’incitatifs fiscaux et d'incitatifs à l’épargne, l'accélération de la construction et de la rénovation de 1,4 million de logements et la création d'une charte des droits des acheteurs, notamment pour interdire la négociation par offre à l'aveugle.

Les libéraux veulent notamment aider les jeunes ménages à accéder à la propriété. Les Canadiens de moins 40 ans pourraient ainsi déposer jusqu'à 40 000 $ dans un nouveau compte d'épargne en vue de l'achat d'une première maison. Un montant qui ne serait pas imposé et qui ne devrait pas être remboursé.

Ils promettent aussi de faire passer de 5000 $ à 10 000 $ le crédit d’impôt pour l’achat d’une première maison.

Élections Canada 2021

Consulter le dossier complet

Image d'entête

Le Parti libéral entend également s'attaquer aux rénovictions, notamment en instaurant une « taxe anti-flip » afin d'obliger les nouveaux propriétaires d'immeubles à les conserver pendant au moins 12 mois.

Des impacts limités pour le moment

S'ils promettent de s'attaquer plus férocement à la crise du logement, les mesures des libéraux depuis leur arrivée au pouvoir ont eu peu d'effets jusqu'à présent.

Un rapport du directeur parlementaire du budget publié le 10 août dernier (Nouvelle fenêtre) évalue que l'impact des trois premières années d'application de la Stratégie nationale sur le logement, en vigueur de 2018-2019 à 2027-2028, a été limité en raison de différents facteurs.

Pour expliquer cette incidence limitée, le DPB évoque par exemple un sous-financement de certains programmes de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) – malgré une augmentation totale des dépenses – ou encore des retards dans la mise en œuvre de certaines mesures.

Il n’y a pas de solution simple à la crise du logement. Chaque famille est dans une situation légèrement différente, chaque communauté fait face à ses propres défis.

Une citation de Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada

Le problème [de la surenchère] est là depuis bien des années. On sait que la propriété devient de plus en plus inabordable pour trop de familles, a reconnu Justin Trudeau, tout en blâmant les conservateurs de Stephen Harper de n'avoir rien fait avant 2015.

C’est délicat, la crise du logement, s'est-il défendu. Mais on a un plan très concret, qui va avoir un impact réel pour continuer avec tout ce qu’on a appris : ce qui fonctionne très bien, ce qui fonctionne peut-être moins bien. On va continuer de fignoler.

Pas de leçon à recevoir de Trudeau

Comme ce fut le cas à quelques reprises depuis le début de la campagne, Justin Trudeau a été chahuté par au moins un manifestant pendant son point de presse mardi matin.

L'homme en question a tenté d'interrompre le point de presse du chef libéral en lui lançant : Vous aviez six ans pour faire quelque chose!

Une attaque similaire à celle lancée par le chef conservateur Erin O'Toole lors de son propre point de presse à Ottawa. Ce dernier a soutenu qu'il n'avait pas de leçon à recevoir de Justin Trudeau en matière de logement.

Monsieur Trudeau a eu six ans, et il a échoué, a-t-il estimé. La crise du logement a explosé au cours des trois ou quatre dernières années sous son leadership. Après six ans d'inaction, les Canadiens méritent mieux que davantage de paroles creuses. Ils méritent un plan.

M. O'Toole faisait ainsi référence au plan conservateur, qui vise notamment la construction d'un million de logements sur trois ans, en plus de proposer des incitatifs fiscaux encourageant les investissements dans la construction de logements locatifs et la conversion de bureaux non utilisés.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique, a été tout aussi critique de Justin Trudeau et des troupes libérales. Les maisons sont devenues plus chères. Les logements sont devenus plus chers. On ne peut pas subir ça pendant encore quatre ans, a établi M. Singh lors d'un arrêt de campagne à Mississauga, en Ontario.

En matière de logement, la plateforme néo-démocrate se concentre quant à elle sur les locataires. Le parti soutient que les libéraux ont négligé les Canadiens qui ne possèdent pas de maison et que les programmes existants sont trop modestes pour faire une réelle différence.

Il faut d'abord reconnaître que le problème existe

À Toronto, la chef du Parti vert, Annamie Paul, a critiqué elle aussi le plan libéral, jugeant qu’il n’allait pas assez loin.

M. Trudeau, si vous comprenez la crise du logement et que vous présentez ce plan aujourd'hui, pourquoi ne pas avoir soutenu les initiatives à cet effet en Chambre et pourquoi nous avoir plongés en élection, au lieu de trouver de l’aide de façon urgente pour ceux qui en ont besoin?, a-t-elle lancé, en anglais.

Mme Paul a rappelé que près de deux millions de Canadiens vivent dans des logements inadéquats ou inabordables.

Selon elle, il faut trouver d’autres options que de simplement encourager la propriété, comme le logement sans but lucratif et coopératif qui peut soutenir les gens qui en ont besoin. Les verts réclament la construction de 300 000 logements abordables de ce type.

La formation veut aussi un renforcement du rôle du défenseur fédéral du logement et la mise en place d'une allocation de soutien aux locataires résidentiels, pour aider les plus vulnérables et éviter les évictions. Finalement, elle propose d'encadrer l’investissement étranger dans l’immobilier.

Avec des informations de CBC

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.