•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

16 décès supplémentaires et 1 711 nouveaux cas de COVID-19 en 3 jours en C.-B.

Une personne portant un masque passe devant la terrasse d'un restaurant où sont attablés des gens.

À compter du 13 septembre, le passeport vaccinal sera implanté en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Alors que les responsables de la santé ont annoncé la mise en place d’une preuve vaccinale à compter du 13 septembre afin de faire face à la circulation du variant Delta, 1 711 nouvelles infections à la COVID-19 et 16 décès supplémentaires sont rapportés depuis vendredi.

Les autorités sanitaires recensent, lundi, 5056 cas actifs de la maladie dans la province. Parmi ceux-ci, 133 personnes sont hospitalisées et 80 sont aux soins intensifs.

Le nombre total d'hospitalisations, qui suit généralement les pics et les creux des nouveaux cas, a augmenté de près de 28 % par rapport à lundi dernier, lorsque 104 personnes étaient hospitalisées.

Le nombre de patients en soins intensifs a quant à lui augmenté d'environ 70 % par rapport aux 47 personnes recensées, il y a de ça une semaine.

La vaccination pour réduire le nombre d'infections

En tout, 83,2 % des personnes âgées de 12 ans et plus ont reçu leur première dose de vaccin et 74,9 % leur deuxième dose en Colombie-Britannique.

Entre le 10 et le 17 août, les personnes entièrement vaccinées ont représenté 13 % des infections, contre 71 % de personnes non vaccinées.

Selon la Dre Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la province, la transmission se produit principalement dans les régions où le taux de vaccination est faible, notamment chez les personnes qui ne sont pas vaccinées.

Par ailleurs, les chiffres de la province montrent que du 10 au 16 août, 84 % de toutes les hospitalisations ont été observées chez des personnes qui n'avaient pas encore reçu de vaccin. Le taux a été de 11 % de personnes immunisées.

La quatrième vague n'est pas une surprise

La province a également annoncé lundi son intention d'imposer une preuve de vaccination pour quiconque veut se rendre à des concerts, aller dans des restaurants, des boîtes de nuit ou assister à des événements sportifs.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a également annoncé que la province ne passerait pas à l'étape suivante de son plan de réouverture le 7 septembre comme prévu.

Astrid Brousselle, directrice et professeure à l'École d'administration publique de l'Université de Victoria, affirme que la quatrième vague de COVID-19 n'est pas une surprise, après la levée des restrictions au cours de l'été.

Selon elle, la pression exercée par le gouvernement pour faire vacciner le plus grand nombre de personnes possible est l'un des moyens les plus efficaces de réduire la transmission du virus.

Elle fait cependant remarquer que même avec deux doses de vaccin, les gens risquent toujours d'attraper et de transmettre la maladie.

Pour Astrid Brousselle, il faut donc faire attention à ne pas blâmer trop vite les personnes qui ont attrapé la COVID-19 alors qu’elles ne sont pas vaccinées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !