•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Envoyée spéciale

« Ma matière première, c’est Haïti » : les combats d'Emmelie Prophète

L’auteure, journaliste et poète haïtienne refuse l’état des choses dans la Perle des Antilles; elle suggère à ses compatriotes de revenir au pays, d’y croire encore.

Emmelie Prophète sourit et regarde un arbre.

L’auteure, journaliste et poète haïtienne Emmelie Prophète espère voir ressurgir un leader prêt à sortir Haïti du marasme dans lequel il se trouve.

Photo : Radio-Canada / Azeb Wolde-Giorghis

Elle parle d’une voix douce de la dure réalité de son pays. Emmelie Prophète, auteure, journaliste et poète, espère voir émerger un leader pour inspirer le peuple haïtien et pour sortir le pays du marasme dans lequel il se trouve.

On la retrouve chez elle, à Port-au-Prince, sa ville natale qui l’inspire pour ses nombreux romans, dont Les villages de Dieu, qui a été bien accueilli par la critique.

Aujourd’hui, l’actualité en Haïti l’inquiète.

On vit dans une incertitude physique énorme, une incertitude économique, politique, lance-t-elle. Nous sommes dans un carcan d’incertitude. Nous sommes un peu perdus.

Malgré tout, Haïti est sa source d’inspiration.

Ma matière première, c’est Haïti. Je n’esthétise pas la misère, mais j’ai besoin de ce pays. J’ai besoin, aussi, d’être dans une forme de combat.

Une citation de :Emmelie Prophète, auteure, journaliste et poète haïtienne

Elle dit que vivre à Port-au-Prince, c’est 24 heures renouvelables, c'est-à-dire que tout peut arriver à tout moment.

Une humiliation extraordinaire

L’assassinat du président Jovenel Moïse a été une gifle pour le peuple haïtien, dit-elle. L’assassinat du président : trop, c’est trop! On ne nous a fait aucun cadeau en Haïti. Nous sommes très fragilisés.

Jovenel Moïse a été assassiné chez lui durant la nuit par un commando au début du mois de juillet. C’est une humiliation extraordinaire. Vous entrez chez un président, aussi contesté soit-il, et vous l'assassinez dans sa chambre. Personne d’autre n’est tué. C’est trop facile. Cela veut dire : vous, les Haïtiens, vous n'êtes rien.

Elle affirme que les Colombiens arrêtés sont des complices de second plan. Comme beaucoup de gens, elle attend les résultats de l’enquête pour connaître le ou les commanditaires de cet assassinat.

Il faut que l’on sache qui a fait cela, sinon ça va rester comme un nœud.

Une citation de :Emmelie Prophète, auteure, journaliste et poète haïtienne

La peur d'un nouveau tremblement de terre

Un enfant joue dans le jardin du Palais Sans Souci.

Un regard lucide sur Haïti

Photo : Reuters / ANDRES MARTINEZ CASARES

À l’instabilité politique du pays s’ajoute l’instabilité physique. Emmelie Prophète redoute un autre tremblement de terre au Cap-Haïtien, où se trouve la citadelle, le Palais Sans Souci.

Ce patrimoine-là, il est en danger. Il faudrait le consolider; il faudrait de l’argent; il faut une politique publique, insiste-t-elle.

Croire en l'avenir

Emmelie Prophète refuse l’état actuel des choses. Elle veut suggérer à ses compatriotes de revenir au pays, et d’y croire encore.

Ce pays est né d’un refus : le refus de l’esclavage. Il faut que nous gardions cette mémoire-là, et que nous construisions à partir de cette mémoire et pour tout le monde.

Elle espère dorénavant l’émergence d’un leader, qui livrera un discours inspirant sur l’avenir du pays. Un leader qui fera plisser les yeux et relever la tête de ce pays meurtri, illustre-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !